logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

23-03-2017

16-03-2017

09-03-2017

02-03-2017

23-02-2017

09-02-2017

02-02-2017

26-01-2017

19-01-2017

12-01-2017

 
[verso-hebdo]
02-03-2017
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Rétrospective Rancillac
Bernard Rancillac, à 86 ans, est parvenu à l'âge des rétrospectives : le musée de la Poste lui en offre une de grande ampleur dans le vaste espace Niemeyer de la place du colonel Fabien (jusqu'au 7 juin). Toutes ses grandes étapes sont représentées, particulièrement celle de l'invention de la Figuration narrative, qui lui est largement due. Je me souviens l'avoir interrogé il y a quelques années sur les contours de ce groupe célèbre de la Figuration narrative que j'évaluais à une douzaine d'artistes dont je supposais qu'ils se réunissaient de temps à autre. « Pas une douzaine, avait-il répondu, on est cinq ou six tout au plus. Si nous ne nous réunissons pas, c'est peut-être que nous avons trop d'années communes... » Il voyait là une illustration d'un phénomène général : la vie sociale artistique lui paraissait endormie, peut-être parce que les artistes ont perdu tout pouvoir dans leur propre domaine. Dans sa jeunesse, le comité du Salon de Mai, exclusivement composé d'artistes, représentait un pouvoir considérable. « C'étaient ces artistes-là qui permettaient aux jeunes peintres de montrer leur travail dans un lieu recherché, prestigieux. Exposer au Salon de Mai, c'était être reconnu, c'était le commencement normal d'une carrière de peintre. »

Aujourd'hui, le Salon de Mai a disparu, et le regretté Salon de la Jeune Peinture a été remplacé par le Salon de la Jeune Création qui ne parvient pas à jouer le même rôle. Les jeunes doivent adopter des stratégies qui n'ont rien à voir avec l'art pour se rendre visibles. Par ailleurs, il n'y a plus guère d'artistes directement en prise avec l'actualité, comme l'est toujours Rancillac, attentif à l'Histoire « qui chaque matin, me rattrape de sa horde d'événements sauvages et sanglants. » Ce n'est pas une malédiction, précisait-il, c'est plutôt une chance. « D'abord parce que c'est grâce à la politique que je fais de la peinture. Dans un univers plat, sans événements, je serais désespéré. Il faut pouvoir émettre une protestation pour faire de l'art en ce qui me concerne. Je plains les abstraits géométriques... »

Rancillac, c'est la politique et la femme, sujets de l'essentiel de son oeuvre, traités à partir de photographies. L'emploi systématique de la photographie a obligé l'artiste à découvrir une manière originale de peindre, de mettre le cliché au service de la peinture. Mais le document d'origine n'est jamais montré. En visionnant sur écran, à l'AFP, des photographies au moment de la guerre américaine en Irak, Rancillac s'est instinctivement arrêté sur un cliché représentant un personnage à ses yeux particulièrement inquiétant qui était alors inconnu. C'était Moktar Al Sadr, aujourd'hui de triste mémoire. Rancillac avait décelé en lui une aura inquiétante. « Il y a des photographies qui transmettent ce genre de choses : ce sont celles-là qui peuvent entrer dans la fabrication de ma peinture... » Ainsi est allée la peinture de Rancillac au long des décennies, où l'on retrouve la « bande à Baader », les militants de la révolution culturelle chinoise ou les combattants de Tchétchénie. Rancillac ne prend jamais parti à propos de la scène française, mais cet affamé de journaux est à l'évidence un peintre politique dont le champ d'observation est universel, en même temps qu'un amoureux du jazz, du sport et des femmes dont cette rétrospective, complétée par une exposition à la Maison Elsa Triolet-Aragon de Saint-Arnoult-en-Yvelines (jusqu'au 14 mai) rend parfaitement compte.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
02-03-2017
 
logo visuelimage.com

Verso n°100

L'artiste du mois : Najia Mehadji

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com