logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

19-10-2017

12-10-2017

05-10-2017

28-09-2017

21-09-2017

14-09-2017

07-09-2017

31-08-2017

29-06-2017

22-06-2017

 
[verso-hebdo]
12-10-2017
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Le monde irréductible de Klara Kristalova
Emmanuel Perrotin est connu dans le monde entier pour avoir créé la galerie qui porte son nom, maintenant installée à New York, Hong Kong, Seoul et Tokyo outre Paris, défendant partout les couleurs de l'art le plus contemporain, de Wim Delvoye à Maurizio Cattelan (Toiletpaper) en passant par Paola Pivi. La surprise de la rentrée aura été le ralliement pour un mois de la galerie Perrotin de Paris à une forme d'expression très différente : l'art de la tchèque Klara Kristalova va en effet bien au-delà du « contemporain » tel que l'entend le marché. C'est de l'art intemporel, appelons-le moderne, qu'elle nous a présenté sous le titre Camouflage, dans un environnement végétal signé par le fleuriste Thierry Boutemy censé rappeler le cadre naturel de l'atelier de Kristalova qui s'est installée dans la campagne suédoise.

Dans ses dessins, ses céramiques et ses bronzes, l'artiste évoque des paysages et des personnages étranges, venus des profondeurs de son être : figures hybrides à corps féminin et têtes d'oiseaux, humains portant des masques d'animaux, jeunes femmes au double visage ressemblant toutes à son autoportrait en porcelaine émaillée (Me and I, 2017). S'il est vrai que la loi fondamentale de l'objet esthétique est l'adéquation de l'apparaître à l'être, voici de l'art au sens le plus constant depuis des siècles. Nous y découvrons que si le profond a souvent quelque étrangeté, c'est qu'il n'est tel qu'à condition de nous dépayser. L'art de Klara Kristalova a le pouvoir de nous arracher aux habitudes qui sont le corps du moi superficiel pour nous mettre en face d'un monde neuf qui veut un regard neuf. Ainsi sommes-nous devant la femme-fleur un peu triste qui nous regarde sagement (In the garden, porcelaine émaillée, 2017). La même ne nous regarde plus dans une autre oeuvre, elle est vue de profil et se trouve enfermée dans une menaçante prolifération végétale (Cage, grès émaillé, 2017).

Du coup, nous nous intéressons à ce personnage si mystérieusement vivant. Nous comprenons que ce qui distingue l'art authentique de sa parodie, c'est que la volonté d'étonner y reste au service de la volonté de signifier, et que l'étrange aiguise l'attention. Or l'étrange, chez Kristalova, n'est pas l'arbitraire. Il parait nécessaire par rapport à la conscience que nous prenons de l'objet esthétique. Ce que les oeuvres de Klara Kristalova réclament de nous n'est pas tant d'être comprises (il n' y a sans doute rien à comprendre dans le vraisemblable autoportrait partiellement occulté de l'Encre et aquarelle sur papier portant le titre de l'exposition, Camouflage) que d'être éprouvées dans leur profondeur propre comme témoignages sur un monde irréductible à tout autre, celui de l'artiste. Curieuse magie de l'art : l'étrange ne peut être expliqué par du caché, parce que l'objet esthétique ne cache rien : même « camouflé » le sens de l'oeuvre est là, tout entier, et s'il fait mystère, c'est un mystère en pleine lumière. Il y a longtemps qu'une artiste aussi originale et convaincante n'avait pas été révélée en France. C'est tout à l'honneur de la galerie Perrotin de l'avoir permis.

www.perrotin.com/fr/artists/klara_kristalova:29#news
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
12-10-2017
 
logo visuelimage.com

Verso n°105

L'artiste du mois : Edith Longuet-Allerme

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com