logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

CHERVINE

Ludovic Chemarin© Histoire sans fin
rendez-vous 2 - samedi 9 mars 16h . Souvenirs . Pierre David (artiste) et Georges Verney-Carron (...

Pierre Marie Lejeune
œuvres personnelles et œuvres croisées avec
Niki de Saint Phalle

MILES HYMAN
carnet de voyage Rome

Cinétisme 1ᵉ, 2ᵉ, 3ᵉ génération

Chloé Poizat
DES RAMEAUX FRÊLES ET FRAIS COMME DES DOIGTS DE FEMME

LE GALOP DU NATUREL
Images numériques et art vidéo

Jean-Baptiste Grangier
Pour construire un monde…
(encore faudrait-il préserver le nôtre)

À PREMIÈRE VUE

Julia Gault
Onde de submersion

PABLO VALBUENA
Si le temps est un lieu
Première exposition monographique en France

À l’Est de Bamako
Que sont devenus les étudiants Maliens formés en ex-URRSS

 
[livres]
22-04-2018

Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.

 

Séverine Jouve : Vous faites commencer la critique d’art au XVIIe siècle, en France. Vous avez parlé du grand peintre Giorgio Vasari et de ses célèbres Vite de più eccelenti pittori, scultori e architteti, qu’il a commencées en 1550 et complété en 1568. Vous ne le regardez pas comme un critique, pas plus que les hommes de lettres qui ont écrit des biographies ou d’autres encore qui ont suivi ses traces. Vous souligner qu’il a eu ensuite une volonté de s’emparer du grand héritage de l’art italien, de Cimabue et Giotto jusqu’à Vasari, pour le transférer dans notre pays. L’homme qui aurait permis ce renversement historique serait Nicolas Poussin. Roger de Piles et André Félibien ont été ceux qui ont cogité cette manœuvre, qui trouve un écho dans la fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Comme leurs prédécesseurs en Italie, les artistes veulent montrer leurs œuvres au public. Quel genre de littérature s’attache alors ces expositions ?

Gérard-Georges Lemaire : l’origine de ces ont des dilletanti – c’est-à-dire de vrais connaisseurs, parfois des collectionneurs avisés - qui écrivent sur les artistes. Etrangement beaucoup d’abbés s’intéressent à la question. Les académiciens d’alors étaient ravi que des auteurs viennent observer leurs nouveaux travaux et puisse en faire l’éloge. Mais ce n’est pas ce qui se passe. Mais bientôt des auteurs anonymes émettent des remarques désobligeantes et des libelles parfois outranciers circulent sous le manteau pour ridiculiser l’un ou l’autre des exposants. Les artistes se sont plaints, en ont appelé à l’autorité du roi, mais rien n’a pu arrêter la vague de fond. Des esprits éclairés comment La Font de Saint-Yenne, qui a publié en 1747 ses Réflexions sur quelques causes de l’Etat présent de la peinture en France plaide pour la création d’un musée ouvert à tous comme l’était déjà le Salon, mais déclenche un véritable conflit entre les artistes et leurs critiques : il est persuadé que quiconque a le droit d’exprimer son opinion en toute liberté. Puis est arrivé Denis Diderot, qui a abondé dans son sens et qui a surtout créer un genre littéraire en soi : la critique d’art. De grands écrivains vont, surtout à partir du XIXe siècle consacrer une grande partie de leur œuvre critique à la visite du Salon, devenu le plus grand événement culturel en France, avec une aura dans toute l’Europe. Stendhal, About, Gautier, Baudelaire, Zola, Mirbeau, Maupassant, pour ne citer qu’eux, seront de grands salonniers.

précédente  Page 2/3 suivante
 
  Richard Streitmatter-Tran
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com