logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Suite

11-07-2010

01-07-2010

24-06-2010

17-06-2010

10-06-2010

03-06-2010

27-05-2010

20-05-2010

13-05-2010

06-05-2010

 
[verso-hebdo]
11-07-2010
La lettre estivale
de Jean-Luc Chalumeau
Un « chef-d’œuvre d’aisance
fulgurante et de spontanéité »
Cette lettre accompagne la mise en ligne du numéro 57 de la revue Verso (dont le dossier est consacré à ChantalPetit) ; elle s’interrompt en juillet-août et reprendra en septembre son rythme hebdomadaire.
Comme chaque été, les expositions et festivals en tous genres sont innombrables à travers la France, et c’est tant mieux. Les guides se multiplient pour permettre aux vacanciers de construire au mieux leurs itinéraires culturels : bravo si, plus que jamais, le mot d’ordre est de ne pas bronzer idiot !

Qu’il me soit permis de formuler tout de même une suggestion hors actualité et de proposer un exemple complètement marginal.

Une suggestion hors actualité : nos musées de province sont incroyablement riches de chefs-d’œuvre complètement méconnus. Ne serait-ce pas le moment idéal pour leur rendre des visites libérées des contraintes « événementielles » (comme disent les spécialistes de la communication) ?

Un exemple complètement marginal : mon éblouissement récent en découvrant, au musée des Augustins à Toulouse, une petite huile sur papier d’Edouard Manet ne figurant même pas dans la plaquette de présentation des collections. Il s’agit du portrait de Marguerite de Conflans (qui sera plus tard Madame d’Angély). Elle n’est pas particulièrement jolie, mais le peintre utilise habilement, quoique sans beaucoup de vraisemblance optique, un miroir pour suggérer son profil, qui a un charme presque espiègle. C’est le moment (1876) où, selon Pierre Daix, Manet multiplie « les chefs-d’œuvre d’aisance fulgurante et de spontanéité ». Ce qui compte ici est moins le visage de la jeune femme, qui se trouve chez elle un livre à la main, que le large déshabillé clair dont elle est vêtue. Le peintre, à larges coups de pinceau, magnifie la lumière accrochée par le tissu léger (les bras sont délicatement visibles par transparence). Dans ce tableau, comme en 1878 avec la Jeune blonde aux seins nus du musée d’Orsay, Manet apparaît comme un immense virtuose de la peinture de pure délectation.

Séduit par Marguerite, je pars quant à moi à la recherche d’autres chefs-d’œuvre méconnus des musées de France, et je vous invite à en faire autant. Bonnes vacances.
J.-L. C.
jl.chalumeau@usa.net
11-07-2010
 
logo visuelimage.com

Verso n°125

L'artiste du mois : Frédéric Brandon

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com