logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Édition du catalogue
Appel à participation

Jean-Marc Thommen
Surfaces tangibles

RIME | Danger Zone
solo-show

The PLAYER
Pilvi Takala | Laurent Montaron | Joost Conijn

ARCHI-SCULPTURE
HOMMAGE À TRISTAN FOURTINE

Morgane Tschiember
TABOO

CLAUDIA HUIDOBRO
Tout contre

GREGORY BUCHERT / EXPOSITION MONOGRAPHIQUE
Rétrospectives et Prospectives

Hervé Crespel
l’image ou la peinture 2008 > 2015

Pascal BROCCOLICHI
Seconde-lumière

Return on Investment
Access-Local, BP, etoy Corporation, FIT - freie internationale tankstelle, Iain Baxter&, IBK, Ing...

Mur Murs

  [verso-hebdo]
28-05-2015

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Gérard Le Cloarec, un peintre figural

La chronique de Pierre Corcos
Sortir du cliché

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Gérard Le Cloarec, un peintre figural
Ce 29 mai (et jusqu'au 4 juillet), la galerie Patrice Peltier présente une série de portraits par Gérard Le Cloarec sur le thème de la différence, centrée sur le visage d'un des héros les plus méconnus du XXe siècle, Alan Turing, le père des ordinateurs et de l'intelligence artificielle, celui qui avait percé les secrets du code Enigma des nazis, ce qui avait permis de raccourcir la guerre d'au moins deux années, mais aussi celui qui fut poussé au suicide à l'âge de 41 ans par une société aussi hypocrite qu'intolérante ne supportant pas son homosexualité.
Les portraits de Gérard Le Cloarec sont toujours bâtis à partir d'un étourdissant mouvement moléculaire, puisque nous savons depuis Aristote que la matière est faite d'innombrables particules élémentaires. Or le peintre travaille cette matière en tant qu'elle est aussi esprit, il utilise sa mémoire aussi bien que des documents, d'où l'intense présence des personnes historiques qu'il a réunies dans son panthéon personnel, à côté de quelques anonymes qu'il affectionne particulièrement : ces indiens des Andes qu'il a rencontrés en Amérique du Sud. Les personnalités se répartissent en écrivains (Baudelaire ou Hugo), musiciens (Duke Ellington, Miles Davis...), politiques (Gandhi, Martin Luther King) et peintres bien entendu. Arrêtons-nous à ces derniers, non sans avoir noté que tous les précédents furent des progressistes qui prirent des risques pour la défense de ce qui leur paraissait juste.

Nous trouvons des surréalistes : Magritte, Max Ernst, Yves Tanguy, ce qui correspond bien à la présence d'André Breton parmi les écrivains, et des génies qui furent des francs-tireurs en leur temps : Egon Schiele ou Francis Bacon. Gérard Le Cloarec n'est pas du genre de Paul Delaroche, le célèbre peintre académique, qui acheva en 1841 après quatre ans de travail les représentations des plus grands artistes de l'Histoire (selon lui). Le public de l'époque fit un triomphe à cet Hémicycle de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, à l'exception notable de Baudelaire (justement une des références de Le Cloarec) qui jugea l'oeuvre « puérile et maladroite ». Gérard Le Cloarec témoigne aujourd'hui de sa fidélité aux choix esthétiques et politiques de sa jeunesse. Ce n'est pas par hasard si nous rencontrons sous son pinceau vibrant la robuste physionomie de Fernand Léger. Mais il témoigne aussi des rencontres de sa vie : Pierre Cardin, qui lui commanda une oeuvre importante, César, le grand artiste amical qui le soutint en compagnie de son compère Pierre Restany. Ce dernier, sans doute le plus grand critique d'art de sa génération, écrivit une importante monographie sur Gérard Le Cloarec : c'est plus qu'un signe. Non, décidément, Le Cloarec n'a rien à voir avec Paul Delaroche qui « oublia » Botticelli, Greco, Vermeer, Watteau, Goya et beaucoup d'autres. Rien de sectaire dans ses portraits : plutôt l'expression de son affectueuse et universelle complicité avec tous les créateurs authentiques qui l'ont accompagné dans sa découverte de l'inépuisable monde de l'art.

C'est son hommage à Francis Bacon, en fin de compte, qui est sans doute le plus clairement révélateur de la spécificité de la démarche de Gérard Le Cloarec. Comme le maître anglais, il cherche une réponse à la question de savoir comment rendre visibles des forces invisibles. L'un comme l'autre ne sont pas vraiment figuratifs : Le Cloarec, qui n'est évidemment pas non plus abstrait, est plutôt « figural » au sens où l'entendait Gilles Deleuze dans son essai sur Bacon. Le Cloarec et Bacon feraient identiquement fonctionner leur mémoire « involontaire » qui accouple des sensations à des niveaux différents et qui s'étreignent comme deux lutteurs, « la sensation présente et la sensation passée, pour faire surgir quelque chose d'irréductible aux deux, au passé comme au présent : cette figure » (G. Deleuze, Logique de la sensation). C'est vrai pour Coltrane comme pour Léonard et tous les autres : Le Cloarec est celui qui fait surgir à leur propos quelque chose d'irréductible. Une manière de rendre visibles des forces invisibles.

www.patricepeltiergalerie.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
28-05-2015
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°84

L'artiste du mois : Isabel Aguera
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]

Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
       
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com