logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

POSSIBLES D’UN MONDE FRAGMENTÉ
EXPOSITION DES DIPLÔMÉS FÉLICITÉS Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris

SALON REALITES NOUVELLES 2014
ABSTRACTION(S) | 400 artistes Rendez-vous international de l’art abstrait, le Salon Réalités...

SONIA DELAUNAY
Les couleurs de l’abstraction

LES MALASSIS
LES MALASSIS UNE COOPÉRATIVE DE PEINTRES TOXIQUES (1968-1980) COORDONNÉ PAR VINCENT CHAMBARLH...

Nomination
Yves Robert nommé directeur du Centre national des arts plastiques

Camille Henrot / The Pale Fox

Parole : "Le brand territorial" avec Ruedi Baur, Thierry Paquot et Michel Pastoureau
LE BRAND TERRITORIAL MERCREDI 8 OCTOBRE 2014, 19H, PETITE SALLE Entrée libre dans la limite ...

Exposition n°1 :
Jean-Pierre Bertrand Camila Oliveira Fairclough Christophe Sarlin Eric Stephany Commissariat ...

nouveaux enseignants
L’équipe pédagogique de l’Ensba Lyon accueille de nouveaux enseignants. Bienvenue à Gér...

VHILS
VESTIGES SOLO SHOW IN PARIS

Busan Biennale 2014
Inhabiting the World

  [verso-hebdo]
16-10-2014

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
La leçon de Duchamp

La chronique de Pierre Corcos
Le microcosme muséal

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
La leçon de Duchamp
J'avais été impressionné, en 2012, par la qualité de l'exposition Matisse, Paires et séries, sous la direction de Cécile Debray au Centre Pompidou. La même commissaire étant aujourd'hui responsable, dans les mêmes lieux, de l'événement de la rentrée, Marcel Duchamp la peinture même (jusqu'au 5 janvier 2015), j'y suis allé en confiance et je n'ai pas été déçu. Grâce aux prêts généreux du musée de Philadelphie, un parcours passionnant a pu être construit, depuis le « climat érotique » des débuts jusqu'au Grand Verre (celui de Stockholm, mais signé par Duchamp) en passant par « Déthéoriser le cubisme », « Pudeur mécanique » ou « Peinture de précision », parcours qui enseigne que l'adversaire sarcastique de la « peinture rétinienne » n'a jamais cessé en fait de se passionner pour la peinture, même après 1912, l'année où il avait décidé de l'abandonner « au sens professionnel » pour ce qui le concernait. C'est ainsi que l'on découvre le très cézannien Portrait du père de l'artiste de 1910 ou le très cubiste Portrait de joueurs d'échecs de 1911. Oui, Duchamp connaissait la peinture et fit par la suite, en tant que commissaire d'expositions ou conseiller de collectionneurs, les analyses les plus lucides. N'est-ce pas lui qui recommanda en 1943 à Peggy Guggenheim de prendre dans sa galerie Art of this century, deux jeunes peintres alors inconnus, Jackson Pollock et Robert Motherwell ?

Parce qu'elle est complète, l'exposition a le grand mérite de montrer implicitement que Duchamp fut à la fois un moderne et un contemporain au sens actuel, ce qu'avait bien noté Nathalie Heinich dans son dernier livre (Le Paradigme de l'art contemporain, 2014) : « Les ready-mades de Duchamp sont emblématiques de l'art contemporain, alors que son Nu descendant l'escalier appartient de plein droit à l'art moderne - les uns comme l'autre ayant pourtant été produits dans la même décennie » (p. 34). Mais il y a le fameux problème de l'urinoir baptisé Fontaine présenté par un certain Richard Mutt en 1917, dont Duchamp révéla que c'était lui-même seulement au milieu du XXe siècle, déclenchant des réactions passionnées qui perdurent aujourd'hui encore. La pissotière n'est pas là, mais nous avons la photographie historique de ce « readymade assisté » par Alfred Stieglitz en 1917. Cécile Debray n'hésite pas à reproduire le commentaire non moins historique de Duchamp, origine d'innombrables gloses : « Ma fontaine-pissotière partait de l'idée de jouer un exercice sur la question du goût : choisir l'objet qui ait le moins de chance d'être aimé. Une pissotière, il y a très peu de gens qui trouvent cela merveilleux. Car le danger, c'est la délectation artistique. Mais on peut faire avaler n'importe quoi aux gens ; c'est ce qui est arrivé. » S'il est vrai qu'une bonne part de « l'art contemporain » est faite de provocations plus ou moins débiles, se réclamant de Duchamp, qui sont fort bien avalées par le marché, Duchamp serait donc à l'origine de la crise de l'art contemporain ?

La réponse doit être nuancée par deux considérations. La première : Duchamp passerait aujourd'hui pour un phare intellectuel et artistique. À la journaliste qui formule cette idée, Jean Clair, académicien atrabilaire bien connu, mais surtout auteur de la première grande exposition Duchamp au Centre Pompidou en 1977, répond : « Qui donc ? Jeff Koons ? Bertrand Lavier ? Buren ? Tout cela est bien paresseux, beaucoup moins intéressant du point de vue sensuel et mental. Fascinés par l'esprit de Duchamp, les artistes y ont trouvé la licence de faire passer n'importe quoi pour une oeuvre d'art » (Le Figaro, 29 septembre 2014). La deuxième considération : À Georges Charbonnier qui lui pose en 1961 la question : « à quel moment fixeriez-vous la crise de l'art ? », Duchamp répond : « En 1900 déjà. Aussitôt que les impressionnistes, de pauvres types qui ne pouvaient pas vendre leurs peintures, sont devenus presque riches... Notre époque n'a rien produit au grand sens du mot, surtout à cause de l'immixtion du commercialisme dans la question ». Est-ce assez clair ? Marcel Duchamp, excellent peintre en 1910, constate avec tristesse que Renoir ou Monet, sur le tard, font fortune en se recopiant eux-mêmes. Ce ne sera pas son destin : refusant honneurs et argent, vivant de sa science du jeu d'échecs, il fera tout pour éviter « l'immixtion du commercialisme dans la question ». Nous y sommes, mais ce n'est vraiment pas de sa faute. Qui peut entendre aujourd'hui sa leçon ?

www.centrepompidou.fr
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
16-10-2014
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°78

L'artiste du mois : Gérard Guyomard
duchamp[idées]
Les coups de cœur

par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier

Christophe Cartier
[idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier

     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com