logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
01-12-2022

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Cyprien Gaillard à Paris

La chronique de Pierre Corcos
Partir, créer

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Amours au cinéma
La doxa de la critique consensuelle et les opinions rapidement échangées entre cinéphiles répètent à l'envi que, lointainement inspiré par notre théâtre et littérature du 18ème, Marivaux et les Libertins, le cinéma français reste le champion pour causer d'amour. Il sait tant se montrer fin et subtil (ah, Rohmer !), émouvant et merveilleux (ah, Demy !), élégant et cérébral (ah, Truffaut !), etc. Or ce qui a été apporté de neuf, de surprenant dans ce domaine, et depuis quelque temps déjà, nous vient plutôt d'Asie... Il n'empêche : le cinéma français s'aime et persiste dans cette veine. Deux films récents, l'un signé par Emmanuel Mouret, l'autre par Claire Denis, sans renouveler le genre, témoignent d'un savoir-faire invétéré.

En écartant les folies de la passion, en extrayant le dard de la culpabilité, et en sirotant le doux moment présent, nous allons tous les deux jouer à nous faire plaisir... Tel est le contrat, qu'à la suite d'une rencontre inopinée et arrosée dans un bar de nuit, Charlotte (Sandrine Kiberlain), mère célibataire, propose à Simon (Vincent Macaigne), père marié et médecin. Vide affectif chez l'une, usure conjugale chez l'autre : d'accord, topons là ! Et l'expérience - qui s'avère plutôt une aventure - démarre... Dans cette Chronique d'une liaison passagère, le réalisateur Emmanuel Mouret, formé d'abord à l'art dramatique, spécialisé dans la comédie de moeurs et les histoires sentimentales (c'est tout de même là son onzième film tournant autour du marivaudage !) va nous montrer que ce contrat est impossible, en fait, à tenir. Mais, tout rohmérien qu'il est - par la précision de l'analyse et le rôle du dialogue théâtral - le cinéaste quinquagénaire ne cherche pas à tirer morale de son récit. Juste cette remarque : complexes, les relations humaines débordent de tout jeu de rôles et, comme le disait Ionesco, quand on joue, on ne joue pas. Ou, en tous cas, on peut se prendre au jeu... Et du coup perdre la distance ludique, initialement posée comme réquisit à cette expérience amoureuse à visée hédoniste. Ainsi, voilà que Simon s'éprend de plus en plus de Charlotte, tandis qu'à la suite d'une expérience de triolisme, impulsée par Charlotte (toujours « maîtresse » du jeu), cette dernière découvre son homosexualité et s'en va vivre avec Louise, rencontrée à cette occasion. Tout cela n'était pas prévu : le contrat a failli, et il n'y a plus de jeu, ni de vrai maître du jeu. Sauf notre inconscient... Les contrats sexuels ne fonctionnent bien que dans les structures perverses, dont ils constituent un élément majeur. Emmanuel Mouret laissera au spectateur le soin d'éventuellement réfléchir à ces graves questions sur le désir et l'amour, la jouissance et le plaisir. Avec soin, le réalisateur marseillais les enveloppe d'une esthétique lumineuse, d'images printanières (photographie : Laurent Desmet) et d'une pétillante musique mozartienne. Et il ménage suffisamment de comique par la dissemblance des caractères, de sensualité par des séquences tactiles variées, enfin de vivacité par les mouvements alertes des personnages, pour que le drame secret de cette histoire d'amour reste enclos dans le répertoire soyeux de la comédie de moeurs.

Avec amour et acharnement, le dernier film de Claire Denis, a remporté l'Ours d'argent de la mise en scène à la dernière Berlinale. À l'opposé du film précédent, non seulement il n'enveloppe guère les drames intérieurs de l'amour - vécus ici par ses deux protagonistes et qu'ils expriment crûment lors de scènes explosives -, mais encore, en se détournant des rôles et situations dans le goût du jour, et même en exhumant l'archaïsme de la violence masculine et d'un masochisme féminin, il ne cherche pas à plaire... Sara (Juliette Binoche) et Jean (Vincent Lindon) s'aiment, corps et âmes. Ils se le répètent, ils se le prouvent. Une histoire d'amour tardive, partie pour durer, mûrie après une rupture douloureuse pour l'une et un épisode carcéral pour l'autre. Sara anime une émission à RFI, et Jean, ancien joueur de rugby, est au chômage. Mais voici que, revenant du passé, François (Grégoire Colin), l'ancien amant de Sara, et l'ex-copain et partenaire commercial de Jean, resurgit, proposant du travail à ce dernier. Et alors... Mais avant de poursuivre, il serait intéressant que chacun(e), engagé(e) dans une relation actuelle, imagine comment il ou elle se conduirait si une personne, passionnément aimée jadis et disparue de sa vie, réapparaissait... Cette interrogation contribuerait à ce que l'on éprouve encore mieux la pertinence du film, du scénario. Combien de relations installées ne le sont-elles pas sur l'échec puis le deuil d'une passion préalable ? Comment ne pas introduire le personnage de la Mort dans cette tragédie à deux, où l'on doit choisir avec qui l'on veut vieillir, à côté de qui l'on accepte de mourir ? Ce questionnement existentiel, implicite dans Avec amour et acharnement, anime le désespoir de l'une, qui ne peut pas choisir, et la fureur de l'autre, qui se sent floué, dupé. Il est exprimé par une musique, lourde et menaçante comme un ciel d'orage et d'encre, qui accompagne le film. Librement inspiré d'un roman (Un tournant de la vie) de Christine Angot, il tire avantage d'une caméra intrusive, scrutant les étreintes mais aussi les mensonges. Ses gros plans et sa mobilité transforment une scène de jalousie en morceau de bravoure cinématographique. Défi magistralement relevé par deux acteurs chevronnés... L'atmosphère oppressante, digne d'un thriller, l'émergence effroyable de l'ambivalence, propre à toute passion amoureuse, glacent sans doute le spectateur. Mais Éros trempe parfois sa flèche dans le curare.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
29-09-2022
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°130

L'artiste du mois :
Hélène Muheim

Akame Kirimura[MA&MD]
Le fil rouge d'Akane Kirimura
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com