logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
20-02-2020

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Huysmans à Orsay : la critique d'art est un genre littéraire

La chronique de Pierre Corcos
Unica, la sorcière

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Sortir de l'enfance
Dans le « roman initiatique » ou de formation, le Bildungsroman, le héros, souvent jeune, découvre en une suite de révélations ces éléments - la passion, l'ambivalence, la mort, l'altérité, etc. - qui marquent et orientent une vie, contredisent ou complexifient les rêves de l'enfance et les dogmes de l'éducation. Ce cheminement s'achève lorsque le héros se sent en mesure de se forger une philosophie de la vie, et d'affronter en adulte l'arène du monde réel... Il existe également des « films de formation », et La beauté des choses du suédois Bo Widerberg (sorti en 1995), son ultime chef-d'oeuvre, Ours d'argent au festival de Berlin en 1996, nominé aux Oscars pour le meilleur film étranger, en est un, magnifique. Sa récente réédition lui vaudra-t-elle à nouveau, comme ce fut le cas à sa sortie, un franc succès public et l'ovation de la critique ? Mais d'abord il ne faudrait pas que l'on réduise cette histoire, si riche, à la seule passion érotique entre un adolescent ombrageux et sa charmante professeure.

La beauté des choses se passe en 1943, et certaines scènes se déroulent dans le collège où Widerberg fit ses études. C'est à ce moment de la puberté où les choses du sexe travaillent continuellement l'imagination des élèves que Viola, une malicieuse et jolie enseignante de 37 ans, mariée, prend contact avec sa nouvelle classe. Elle y remarque le blond Stig, 15 ans (c'est le propre fis de Widerberg qui joue le rôle), timide mais incapable de cacher la passion qu'elle a allumée en lui. Sensible à sa beauté, à son innocence, Viola débride son propre désir et ils deviennent amants. Stig découvre alors, à la fois déniaisé et émerveillé, la splendeur de ce corps féminin, la puissance réelle de la sexualité, loin des fantasmagories entretenues par ses camarades. Mais il fait aussi la connaissance involontaire du mari de Viola, Frank, un représentant de commerce alcoolique, drôle, désespéré, fantasque et grand amoureux de musique classique. Loin de pouvoir mépriser celui qu'il fait cocu et, qu'en un bon manichéisme, il devrait inscrire dans la case des figures négatives, Stig se prend d'amitié pour cet homme bon et paternel qui, par ailleurs, n'est pas dupe de ce qui se passe entre son épouse et Stig. Peut-être même Viola, dans l'égoïsme de son assouvissement érotique, est-elle moins intéressante que son mari : les choses ne sont pas si simples... Par ailleurs le beau Stig a provoqué le désir d'une de ses camarades, une gamine adorable, entière et naïve qui s'offre totalement à lui. Après s'être esquivé, Stig revient vers elle, comme s'il comprenait qu'en temps normal, c'est avec une fille du même âge qu'il aurait découvert la sexualité. Et Stig commence peu à peu à prendre quelque distance par rapport à Viola qui, ne supportant pas la menace d'être abandonnée, devient odieuse et se venge injustement sur l'adolescent. Voilà donc que cette souriante figure idéale s'est changée en harpie furibonde !... Là-dessus, Stig apprend la mort de son frère, devenu sous-marinier, un frère complice pour lequel il éprouvait une immense affection. Alors tout en lui se bouleverse à nouveau, et l'irruption de la mort d'un être cher vient relativiser l'importance et la complexité de ses histoires amoureuses. L'année scolaire s'achève. Et, désabusé, perplexe, affermi, responsable, Stig est désormais un jeune adulte qui va pouvoir considérer en face les réalités de l'existence.

Le titre original de ce beau film de formation (Lust och fägring stor) est le vers d'un psaume qu'au mois de juin, pour les fêtes de fin d'année dans les écoles suédoises, les enfants en choeur chantent... C'est une promesse d'amour et d'attachement, un idéal vibrant que les aléas, la complexité, l'ambivalence et les imprévus de la réalité se chargeront de malmener. Dans la majorité des films de Bo Widerberg, la dimension sociale et politique, très présente, assure le travail du négatif, en déchirant les images d'Épinal, la rose mythologie du cinéma hollywoodien, commercial. Ici, le contexte social se réduit à la guerre, à ses menaces... Par ailleurs Widerberg a été considéré comme « le cinéaste des femmes ». Dans La beauté des choses, le cinéaste ne dissimule rien de la puissance de l'Eros féminin et, comme il le déclare lors d'un entretien paru en 1996, « dans mes films, ce sont les femmes qui mènent la danse ». L'image de la Suédoise émancipée, très libre avec son corps, prend ici tout son relief. Le biographe du réalisateur, Mårten Blomkvist, note que ce film « peut être considéré comme une carte postale de la jeunesse de Bo Widerberg », et il est vrai que le cinéaste avait été bouleversé à 18 ans par le film, puis le roman Le Diable au corps (Autant-Lara/Radiguet), qui justement raconte une passion entre un lycéen et une femme mariée, plus âgé que lui. Il est vrai également que le cinéaste a largement puisé dans ses souvenirs personnels, allant même jusqu'à emprunter des affaires, des accessoires dans l'appartement de ses parents.

Mais il ne faut pas en rester à ces éléments autobiographiques, et bien plutôt insister sur la splendeur de ce film. Le Danois Morten Bruus, la caméra à l'épaule, nous a offert des images à la fois expressives et classiques, aux couleurs chaudes, avec quelques gros plans qui exaltent les focalisations du désir. La mise en scène de Widerberg, remarquablement maîtrisée, fait physiquement sentir au spectateur ce vivant mixte de chaleur/froideur, tendresse/dureté, enivrement/désillusion, qui restera pour le jeune Stig le parcours, la leçon et l'épreuve initiatique obligatoires pour vraiment sortir de l'enfance.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
13-02-2020
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°119

Hommage
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com