logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 Suite

23-10-2014

16-10-2014

09-10-2014

02-10-2014

25-09-2014

18-09-2014

11-09-2014

04-09-2014

01-07-2014

29-05-2014

 
[verso-hebdo]
22-05-2014
La chronique de Lara Tournemire
Charcot, une vie avec l'image
L'exposition Charcot, une vie avec l'image offre un nouveau regard sur la vie de Jean-Martin Charcot et le rapport entre l'art et la santé mentale au travers d'un parcours biographique méticuleusement documenté en dialogue avec des oeuvres d'artistes contemporains.

Charcot est avant tout le père reconnu de la neurologie et de la psychiatrie moderne. Médecin pionnier dans sa spécialité, membre de l'académie de médecine ainsi que de l'académie des sciences, on se souvient surtout de lui pour ses recherches sur l'hystérie au travers de l'hypnose. Révélant des pathologies psychiatriques, il s'inscrit dans la pensée de Pierre Janet qui revendique l'existence d'un subconscient bien avant les théories freudiennes. Charcot aboutira même les recherches de Pierre Janet jusqu'à la conception d'un schéma de l'inconscient. Quant à Sigmund Freud, n'oublions pas qu'il fut l'un des élèves de Jean-Martin Charcot.

Malgré l'indéniable pratique médicale, le dessin reste omniprésent dans le travail de Charcot. L'image entretient un lien indissociable à ses recherches cliniques et permet de poser le diagnostic. On le sait influencé par Ingres ou Delacroix, mais c'est dans l'oeuvre de Rubens Le miracle de Saint Ignace de Loyola, que Charcot eu une véritable révélation face à l'étonnante représentation de cette femme hystérique. Ce chef-d'oeuvre serait la prouesse artistique de l'authenticité de cette maladie psychiatrique.

Au travers de l'exposition à la chapelle Saint Louis de la Salpêtrière, nous découvrons les différentes étapes de l'histoire de ce grand médecin novateur. Deux espaces dans la nef ouest de l'église se répondent : Un mur de la nef expose « Charcot à la Salpêtrière » et celui d'en face « le hors-salpêtrière ». Au sein de l'Ecole de la Salpêtrière dont il fut le chef de file, Charcot évolue entre recherches cliniques, anatomiques puis psychiatriques (liées à l'hypnose). Le spectateur peut observer différents croquis, photographies et vidéos dévoilant des thèmes tels que la démarche pathologique ou la convulsion hystérique. Une partie « hors-salpêtrière » est consacrée à ses voyages, qui furent déterminants dans l'évolution de son application d'une médecine humanitaire. Enfin, au centre de la Nef, à la même place ou sa tombe fut commémorée, apparaît la consécration de son travail médical et artistique par le biais d'une projection de son schéma de l'inconscient.

A l'occasion de cette rétrospective sur la vie de Jean-Martin Charcot, des artistes contemporains sont également intervenus librement.
Citons d'abord David Cohen, qui est non seulement le directeur de l'exposition, le chef de service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à la Pitié-Salpêtrière et un artiste plasticien. Son installation centrale Olivier bleu propose un dialogue avec la mémoire de Charcot ainsi qu'avec l'oeuvre de Renato Bonetti. En plaçant l'ancien fauteuil appartenant à Charcot au centre de ses sculptures de bois, Daniel Cohen souhaite rendre hommage à son confrère médecin. Ce souvenir de l'époque du XIXe siècle nous renvoie aux Folles d'enfer réalisées par Makhi Xenakis à l'extérieur de la Chapelle Saint Louis. Ces nombreuses sculptures aux inspirations primitives symbolisent l'enfermement durant des siècles de femmes aliénées et rejetées de la société au sein même de ce lieu de culte.

L'oeuvre maîtresse de cette exposition reste sans doute celle d'Ernest Pignon-Ernest qui pour le plus grand plaisir de tous, réinvesti son installation des Extases dans la nef est de Saint Louis. Ces femmes extasiées face au Christ sont synonymes d'angoisse, de douleur mais aussi de suavité.Ernest Pignon-Ernest nous confie dans le hors-série d'Art absolument qu'il avait spécialement conçu dans les années 80 cette installation pour l'église de la Salpêtrière. OEuvre a présent accomplie, l'artiste en profite pour réaliser une nouvelle extasiée, Louise du Néant, qui connaît alors une place centrale. L'exposition se poursuit grâce aux saisissantes photographies en noir et blanc de Dorris Haron Kasco. Ce dernier cherche à capturer les Fous d'Abidjan dans la grande métropole moderne de la Côte-d'Ivoire. La photographie de Kasco révèle un véritable reportage sociologique des laissés pour compte et des oubliés de la société. Quant à la peinture expressionniste de Mario Benjamin, elle explore les thèmes de la possession, de l'aliénation et des rituels Vodou. Non loin de ces toiles haïtiennes se trouvent les imposantes sculptures de marbre de Benoît Luyckx. Taillées à la disqueuse, l'artiste nous questionne sur le rapport entre la nature et la modernité en vouant ses sculptures à une quête ascendante vers la lumière, la régénération, tel un cycle de vie. La plasticienne Isabelle Plat souhaite au contraire rendre ses objets utiles en les désignant comme des sculptures d'usages. Plat s'inspire de l'idée d'introspection, d'infini sur soi, proposée par la psychanalyse freudienne ainsi que l'échappée infinie pour réaliser ses deux installations.

En plus du soutien inconditionné de ces artistes contemporains confirmés, des patients de l'hôpital ont créé à l'occasion des oeuvres temporaires faisant échos au thème de l'exposition. Qu'il s'agisse d'enfants, de jeunes adolescents ou de personnes âgées en fin de vie, chacun a pu porter son message artistique au delà des frontières médicales. Charcot une vie avec l'image rassemble des visiteurs de tout horizon, tant les thèmes abordés touchent tout type de public. Cette exposition se déroule depuis le 12 mai dernier et se poursuit jusqu'au 9 juillet 2014.
Lara Tournemire
22-05-2014
 
logo visuelimage.com

Verso n°121

L'artiste du mois : Catherine Viollet

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com