logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 Suite

16-01-2014

09-01-2014

18-12-2013

11-12-2013

05-12-2013

28-11-2013

21-11-2013

14-11-2013

07-11-2013

31-10-2013

 
[verso-hebdo]
28-11-2013
La chronique
de Lara Tournemire
Humain, trop humain
Le constat actuel sur l'art contemporain révèle qu'un grand nombre d'oeuvres sont destinées à une élite de puissances financières. Des installations démesurées aux oeuvres exubérantes, la recherche passionnée de sens et de courants dominants n'est plus une priorité, tandis que la spéculation devient prépondérante. Le film La Ruée vers l'art traite d'ailleurs de cette actualité. D'un autre côté, certains galeristes se démènent pour soutenir leurs artistes en tentant, par exemple, d'exposer de nouveaux peintres en qui ils croient sincèrement. Nous pouvons donc espérer un second souffle pour la création du XXIe siècle grâce à l'initiative de ces derniers, soucieux d'authenticité.

Jean-Louis Nehlich, explorateur de l'âge d'or de la Renaissance, est l'un d'eux. Au travers de ses mises en scène caravagesques, de ses grands paysages et de ses représentations figuratives extrêmement poussées, un retour inattendu à l'époque baroque est évoqué. Une maîtrise absolue de techniques variées qualifie son travail, qu'il s'agisse de peinture à l'huile, d'acrylique, de gravure monotype ou encore de pastel. Cependant, malgré ce réalisme allégorique quelque peu déroutant, une vraie modernité se retrouve dans ses oeuvres.

Les thèmes exploités par Jean-Louis Nehlich honorent plusieurs époques. En effet, certains de ses portraits sont inspirés de photographies de grands mutilés d'après-guerre. Ces figures, quasi-vivantes, connaissent des déformations faciales progressives, de sévères mutilations. Ces gueules-cassées aux regards vifs et intenses restituent des fragments d'histoire de la Grande Guerre. Ainsi que l'écrivait Leonard De Vinci « les yeux sont les fenêtres de l'âme », et le travail attribué au regard dans les oeuvres de Nehlich s'avère d'une importance capitale. Il permet de donner une seconde vie à ses protagonistes.

Les grandes mises en scène théâtralisées occupent tout l'espace de la toile et nous saisissent par leur lumière frappante, souvent ciblée sur un personnage ou un regard en particulier. L'oeuvre Vision en est la preuve, et c'est à la fois une réminiscence du travail de Rembrandt, référence absolue de l'artiste, et du Caravage, source d'inspiration inépuisable. L'apparition de scarifications sur certains visages dénote néanmoins l'originalité de Nehlich.

Le thème noble du paysage classique est quant à lui revisité de façon magistrale. L'illusion d'optique qui agit sur le spectateur est celle d'un fond abstrait au contenu paradoxalement détaillé. Les violents coups de pinceaux mêlés à la texture picturale donnent tout le dynamisme que l'on attend d'une expression abstraite. Cela sans oublier l'indispensable apport d'une lumière saisissante, travaillée avec le clair-obscur.
À la vision de certains paysages impressionnistes, nous pouvons croire que Nehlich nous plonge cette fois-ci en plein art moderne, son oeuvre Ciel vert faisant particulièrement penser aux Nymphéas de Monet.

Pour sa première exposition « Humain, trop humain » présentée à la galerie Schwab Beaubourg, Jean-Louis Nehlich nous fait vivre plusieurs grands courants artistiques à l'aube de la Renaissance ou de l'avant garde moderne. Véritable héritier de ces maîtres, l'artiste jusqu'ici anonyme est brillamment révélé. La preuve vivante qu'un retour à l'authenticité picturale reste possible.

Jean-Louis Nehlich à la galerie Schwab Beaubourg
Lara Tournemire
28-11-2013
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com