logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Suite

24-10-2013

17-10-2013

09-10-2013

03-10-2013

26-09-2013

19-09-2013

12-09-2013

05-09-2013

25-07-2013

18-07-2013

 
[verso-hebdo]
05-09-2013
La chronique
de Gérard-Georges Lemaire
Albert Bitran à Mont-de-Marsan
Albert Bitran est un grand peintre abstrait français. Il est digne de cette place aux côtés de Pierre Soulages et de Geneviève Asse. L’exposition présentée par le Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos de Mont-de-Marsan a permis de mettre en scène une riche sélection de ses tableaux des dix dernières années, ainsi que des œuvres sur papier des cycles « atypiques ». Son univers s’organise principalement autour d’une contradiction entretenue avec soin entre le noir et le blanc, où le gris devient en fin de compte la couleur dominante. Des signes ou des plages souvent réduites d’une couleur vivace, parfois éclatante, métamorphosent la composition en lui attribuant un point de fuite fictif mais prégnant. Cela ne l’a jamais empêché de faire des toiles ayant une dominante rouge ou bleue par exemple. Jamais il ne s’est arrêté à une formule : c’est un artiste exigeant, qui mène une quête permanente d’un au-delà de ses présupposés plastiques, n’hésitant jamais à prendre des risques, à mettre sa construction picturale en péril alors qu’elle est déjà d’une architecture fragile (c’est le paradoxe d’Albert Bitran : en partant d’une structure assez déséquilibrée, il parvient à construire un tableau solidement charpenté) car ce qu’il entreprend ne peut s’accomplir que sur le fil du rasoir. Son abstraction est plus qu’atypique. Elle est presque blasphématoire aux yeux des puristes. Il utilise des signes, des traits, des enchevêtrements de couleurs quelquefois des architectoniques (je fais allusion à la suite des Arcades, qui n’était pas présente dans l’exposition, mais qui marque une date importante dans sa création), des écritures au crayon, de petits dessins presque imperceptibles. En somme, il offre une œuvre à double détente : il engendre d’abord un effet d’ensemble, parfaitement équilibré alors que tout y semble à première vue aléatoire, et puis une lecture rapprochée, qui se joue dans la découverte de détails peu évidents. C’est une œuvre forte, mais aussi complexe, raffinée tendue. On y voit aussi des compositions inspirées par des écrivains (Arthur Rimbaud et ses « Voyelles », Patrizia Runfola et ses Leçons de ténèbres) et une série de beaux papiers en noir sur blanc un peu plus anciens, qui met en valeur ses dons pour un dessin raffiné et construit avec une science à la fois impeccable et insolite. Cela faisait longtemps que ce peintre qui a enrichi l’Ecole de Paris, faisant apparaître d’une autre manière d’envisager l’espace plastique n’avait pas eu une exposition de cette ampleur en France, où il vit pourtant depuis 1949. Il faut aussi ajouter que l’ancien grenier à blé du XIXe siècle où s’est installé le CAC sert à merveille la présentation de ses ouvrages. L’exposition des œuvres les plus récentes se trouvait en bas de l’édifice, alors que les merveilleux dessins à la mine de plomb et la série des Mains (avec les empreintes de ses amis philosophes, écrivains et critiques) étaient au premier étage.
www.grosvenorgallery.com/artists/bitran-albert/
Gérard-Georges Lemaire
05-09-2013
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com