logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Suite

24-10-2013

17-10-2013

09-10-2013

03-10-2013

26-09-2013

19-09-2013

12-09-2013

05-09-2013

25-07-2013

18-07-2013

 
[verso-hebdo]
19-09-2013
La chronique d'un bibliomane mélancolique

Décompression, Juli Zeh, traduit de l’allemand par Matthieu Dumont, Actes Sud, 288 p., 21,50 €.

Ce genre de littérature est curieux : il se situe à mi-chemin entre le roman de gare et l’étude psychologique la plus sophistiqué. Quand on lit Décompression, qui relate une partie carrée, qui se développe pas du tout comme le laisseraient présager les prémisses de l’ouvrage, on a le sentiment que l’auteur a tenu à rendre sa fiction la plus réaliste possible. Aucun détail ne nous est épargné. Et comme il s’agit de plongée sous-marine pour l’essentiel, nous nous voici contraints d’enfiler la combinaison, de mettre le masque sur le visage et d’ajuster avec précision tout cet appareillage. Et les relations entre les personnages sont du même acabit : tout est relaté avec détail, avec méticulosité, avec une ennuyeuse netteté. Evidemment tout est compliqué, sinon il n’y aurait pas tant de pages. Sven et son amie Antje se sont mis en couple (comme on a l’usage de le dire aujourd’hui) et ont décidé de quitter le monde moderne (agité, motivé par le gain et la réussite) de la ville pour aller vivre au bord de la mer, sur une île baptisée Lanzarote. Ils y vivent avec délectation en enseignant aux touristes les joies de la plongée sous-marine. Soit. C’est alors qu’arrive un couple d’inconnus disposés à s’inscrire à leur école. La femme est jeune, belle, attirante. Elle travaille pour une série télévisée qui justement fait l’apologie de la première plongeuse pendant les années quarante. Elle se nomme Jola. Elle vit avec un écrivain qui n’a pas connu le succès et qui ne vit pas trop bien son échec, Theo. C’est alors que notre jeune auteur tudesque imagine un jeu pervers, qui ressemble beaucoup, mais vraiment beaucoup et franchement trop aux Liaisons dangereuses. Et les choses se terminent de manière bizarre puisque Antje va s’éprendre de l’homme âgé et usé, qui paraît alors tel le phénix renaissant de ses cendres, puisque Jola a vampirisé, comme on devait s’y attendre, Sven. Tout cela est assez pénible à lire car, parvenu au tiers de l’ouvrage on a compris déjà tout ce qui allait suivre. Et on songe combien de fois encore on allait descendre dans les profondeurs, combien de bulles allient remonter à la surface et aux scènes érotiques à plusieurs dizaines de mètres sous la surface. Tout est construit à la hache, un peu comme une série de la télévision justement, avec un rien d’érotisme et une touche de psychanalyse, mais pas trop pour ne pas dérouter le lecteur. C’est un roman de plage, tout bien pensé, qu’on doit lire les palmes aux pieds.




Confiteor, Jaume Cabré, traduit du catalan par Edmond Raillard, actes Sud, 780 p., 26 €.
Voici longtemps que je n’avais pas eu entre les mains un roman ayant une ambition digne des plus grands écrivains du XIXe siècle. Confiteor a pour héros (ou plutôt, comme guide), Adrià Ardévòl, un héritier d’une bonne famille de Barcelone. Deux ambitions s’impose à lui : devenir polyglotte et même devenir un linguiste distingué et devenir un violoniste virtuose (ça, c’est la volonté de sa mère). Il nous entraîne dans on univers qui devient sans cesse plus complexe, car il s’étend à toute l’Europe, mais aussi à des époques différentes. Ainsi nous découvrons les secrets de sa famille (avec de nombreux cadavres dans le placard), des heures sombres de l’Inquisition à la dernière guerre mondiale (il est beaucoup question de Dachau et d’Auschwitz), les exactions des Dominicains étant d’ailleurs mis en parallèle avec celles du régime nazi. Résumer cette histoire serait absurde. Elle peut d’ailleurs se lire de plusieurs façons, en prenant par exemple le violon de grande valeur comme fil rouge. C’est une véritable construction labyrinthique qu’a su édifier Jaume Cabré qui révèle des dons remarquables de narrateur. Il est capable de faire une œuvre qui ait du souffle, ce que nous n’avons plus vu depuis des lustres avec un luxe baroque de détails, de révélations, de rebondissement. Ce n’est pas Guerre et paix ni Crime et châtiment, mais c’est tout de même un roman très original, singulier, toujours passionnant de bout en bout. On peut lui reprocher que de minces facilités et des concessions inutiles à une modernité de façade.
Gérard-Georges Lemaire
19-09-2013
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com