logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 Suite

27-06-2013

20-06-2013

13-06-2013

06-06-2013

30-05-2013

23-05-2013

16-05-2013

08-05-2013

01-05-2013

25-04-2013

 
[verso-hebdo]
04-04-2013
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Les Noirmont posent le sac
L’annonce par Jérôme et Emmanuelle de Noirmont de la fermeture de leur galerie, fondée en 1994, vient de faire un certain bruit. Un journal comme le Figaro n’a pas manqué de souligner que c’est en raison d’un « climat idéologique malsain et d’une pression fiscale étouffante » mais il n’y a pas que cela (la concurrence terrible sur le marché mondial notamment), et tout le monde regrette une des meilleures galeries de Paris, qui ne s’est jamais contentée de vendre des objets d’art. Les Noirmont ont en effet co-produit des pièces, souvent importantes, conçues par des artistes de niveau international. Ce sont eux, par exemple, qui ont commandé en 2008 à Jeff Koons le bientôt célèbre Split-Rocker, une sculpture végétale constituée de 120.000 fleurs, réplique de 12 mètres 50 de hauteur d’un jouet. Ils avaient su se lier avec le néo-pop américain dès 1997, lui organisant une exposition au cours de l’été de cette année-là alors qu’il n’était pas encore devenu la star mondiale que nous connaissons aujourd’hui. Pour les tester, Koons avait voulu parler avec eux de Boucher ou Fragonard et les Noirmont avaient discerné à la fois son amour pour le XVIIIe siècle français et son ambition d’exposer un jour dans le château de Versailles. Ils n’ont pas été pour rien dans la réalisation ultérieure de ce rêve qui a fait date.

Ce sont eux qui ont financé en 1988 un film bouleversant de Shirin Neshat, Rapture, que l’on a pu voir dans un espace spécialement aménagé au premier étage de leur galerie. Ils ne savaient pas que Charles Saatchi en ferait l’acquisition le soir même du vernissage, et que Shirin Neshat obtiendrait le lion d’or à la Biennale de Venise. Autre lion d’or, Fabrice Hyber est entré dans la galerie de Jérôme et Emmanuelle de Noirmont en 2005. La photographe Bettina Rheims était venue à eux dès 2002 et une autre photographe de très grand talent, Valérie Belin, en 2007. Accompagnateurs fidèles de leurs artistes, ce sont eux qui ont organisé toutes les rétrospectives de Pierre et Gilles à travers le monde depuis 1999, dont celle du New Museum de New York en 2000. Je viens de citer des noms fameux, mais les célébrités ne constituaient pas leur champ d’action exclusif : marchands découvreurs, ils ont aussi su repérer des artistes émergents, ou bien donner un fort coup de projecteur sur une artiste de haute qualité restée trop longtemps dans l’ombre, comme Claudine Drai, en finançant les tirages en bronze de ses sculptures extrêmement fragiles en papier de soie.

Pour l’exposition de Claudine Drai, en 2012, il avait fallu deux ans de travail préparatoire et des prouesses techniques des fondeurs de la maison Susse pour parvenir à ces extraordinaires sculptures en bronze ayant l’apparence de la légèreté du papier de soie, grâce en particulier à une nouvelle patine que les artisans de Susse ont baptisé du nom de l’artiste. Ils auraient tout aussi bien pu lui donner le nom des Noirmont, car sans leur foi en la créatrice qui les avait conduits à prendre un gros risque financier, rien n’aurait été possible. J’ajoute que Jérôme a également joué le rôle de commissaire hors sa galerie, par exemple pour une exposition Basquiat au centre culturel L’Espal au Mans en 1999 et, la même année, pour Keith Haring made in France au musée Maillol à Paris. Bref : les Noirmont ont largement contribué à rendre visible l’art de leur temps, donc à pérenniser la mission la plus noble des galeristes. Ils posent leur sac à terre après une bataille de vingt années et entendent continuer par d’autres moyens. Bonne chance les Noirmont !
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
04-04-2013
P.S. Le numéro 67 de Verso, particulièrement riche, est en ligne. Le dossier principal est consacré à Catherine Lopes Curval, importante artiste de la deuxième génération de la Figuration narrative. Le centre culturel de Basse Normandie « Le Radar » à Bayeux lui consacre une exposition à partir du 13 avril.
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com