logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 Suite

27-06-2013

20-06-2013

13-06-2013

06-06-2013

30-05-2013

23-05-2013

16-05-2013

08-05-2013

01-05-2013

25-04-2013

 
[verso-hebdo]
06-06-2013
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Hommes d’Eglise et monde de l’art
La 55e édition de la Biennale de Venise s’est ouverte samedi dernier 1er juin. Le fait saillant ne semble pas avoir été la participation de la France, fort élégamment représentée par le vidéaste albanais vivant à Berlin Anri Sala, mais plutôt l’initiative sans précédent du Vatican qui mêle sa voix au concert artistique des nations. Il s’agit d’une décision du cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture dont les artistes sélectionnés occupent le padiglione della Santa Sede. Ce sont le photographe tchèque Josef Koudelka (dont on vient de voir à la Vieille Charité de Marseille une remarquable série en noir et blanc sur les fouilles gréco-romaines du pourtour méditerranéen), le peintre australo-américain proche de l’arte povera Lawrence Carroll et les trois artistes-vidéastes milanais réunis dans le très branché Studio Azzurro. Somme toute, un bon échantillonnage des tendances contemporaines qui n’avait à suivre qu’une indication : s’inspirer de la Genèse. Le Studio Azzurro évoque ainsi la Création, Josef Koudelka, celui qui se rendit fameux en photographiant le Printemps de Prague écrasé par les chars soviétique, illustre quant à lui « la destruction matérielle découlant de la perte du sens éthique ». Enfin Lawrence Carroll se charge de suggérer une « re-création » par le moyen de matériaux de récupération. Tout cela est fort bien, mais le cardinal Ravasi fait le modeste et dit qu’il ne s’agit que d’un début.

Il a raison, car il lui a bien fallu admettre que le plus grand artiste contemporain puisant une part essentielle de son inspiration dans le Sacré, Bill Viola, a poliment décliné son invitation. C’est l’indice d’un grave problème, dont le cardinal est conscient quand il demande à l’Eglise de s’ouvrir à la société, donc aussi à l’art contemporain (ce qui ne veut pas dire à ceux qui pratiquent systématiquement la dérision de tout ce qui est sacré pour les chrétiens). Si l’Eglise, puissance spirituelle rassemblant un milliard deux cent millions de fidèles, doit passer commande à des artistes, ne faudrait-il pas que ce soient les plus grands, et pour des réalisations puissamment éloquentes, comprises par les multitudes ? Bill Viola était une excellente idée, mais il ne fallait pas lui proposer de partager un petit pavillon, il fallait lui donner carte blanche, lui seul, par exemple dans la Basilique Saint Marc. Là il aurait su bouleverser les grandes fibres archétypales des visiteurs et, qui sait, les aider à avancer vers Dieu. Il est triste que la prestation de Studio Azzurro apparaisse comme du sous-Viola.

Eminence, Bill Viola vous a raconté que « son agenda était trop chargé » parce qu’il ne vous connaît pas. Parce que vous n’avez pas su prendre le temps de devenir son ami, comme Mgr Tiberio Cerasi avec Le Caravage, comme le Père Couturier avec Matisse et Rouault. La faute de l’Eglise depuis trop longtemps, c’est qu’elle ne connaît plus, n’aime plus le monde de l’art et qu’elle ne sait plus distinguer entre les opportunistes qui se moquent d’elle et les authentiques grands créateurs dont elle ne sait pas se rapprocher. Je sais bien, éminence, c’est compliqué, notamment parce que l’Eglise est devenue pauvre (mais il y a le mécénat, dont vous avez fort bien su vous servir), parce qu’aussi elle se laisse mal conseiller par des pseudo-spécialistes qui partent du principe que le christianisme est mort, et que sur cette charogne l’art contemporain n’a plus qu’à se nourrir. La Lettre à Alexandre Cingria sur les causes de la décadence de l’art sacré de Paul Claudel est du 19 juin 1919. Il n’y a malheureusement rien à changer pour qu’elle reste d’actualité : la première cause, n’est-ce pas « le divorce entre les propositions de la Foi et ces puissances d’imagination et de sensibilité qui sont éminemment celles de l’artiste » ? Vous tentez d’ouvrir le chemin de la réconciliation. Bonne chance, éminence.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
06-06-2013
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com