logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 Suite

20-09-2012

13-09-2012

06-09-2012

12-07-2012

21-06-2012

13-06-2012

07-06-2012

31-05-2012

24-05-2012

17-05-2012

 
[verso-hebdo]
03-05-2012
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Braun-Vega invité de Puls’art au Mans
La manifestation internationale d’art contemporain dite Puls’art fête ces jours-ci ses vingt ans. Son fondateur, Lucien Ruimy, a la satisfaction de la voir devenue l’un des événements incontournables de la vie des arts plastiques en France. La capitale de la Sarthe lui consacre en effet pas moins d’une douzaine de lieux, dont les plus prestigieux : la Collégiale Saint-Pierre-La-Cour et le Musée de Tessé en particulier. Depuis le 23 mars, la Collégiale accueille les œuvres de Charles Belle, peintre connu pour ses fleurs. Pas n’importe lesquelles : les tableaux de Belle font généralement 3 mètres 50 par 1 mètre 75, et le caractère monumental de ses fleurs, leurs riches couleurs, l’exubérance maîtrisée de la touche, en font de véritables déflagrations chromatiques. Ce ne sont plus des fleurs (« le sujet en peinture, ce n’est pas le sujet ! » dit l’artiste). Il s’agit simplement de pure peinture, comme il est de plus en plus rare d’en voir depuis un demi-siècle. Charles Belle aime par ailleurs se proposer à lui-même d’improbables défis : il a introduit récemment un taureau dans son atelier, histoire de métamorphoser l’animal colossal en peinture. Il l’a fait, et là encore il ne faut pas se méprendre : le sujet de la peinture n’est toujours pas le sujet…

Au musée de Tessé voisineront, à partir du 16 mai, d’une part soixante plasticiens de qualité (peintres, sculpteurs, photographes) sélectionnés par un jury réuni par Lucien Ruimy, et d’autre part, le principal invité de l’édition 2012, Herman Braun-Vega. On pourrait dire que pour le grand peintre péruvien, comme pour Charles Belle, « le sujet de la peinture n’est pas le sujet », mais dans un sens très particulier. Ce qui est en question, dans les tableaux de Braun-Vega, c’est l’histoire de la peinture et les peintres eux-mêmes. Dans un tableau capital de 1983 résumant ses prises de position picturales, Herman Braun-Vega s’est représenté empruntant l’attitude exacte que Vélasquez se donne dans Les Ménines - celle-là même qu’avait adoptée à son tour Goya pour peindre La famille de Charles IV en 1801 - . Vélasquez fait partie, avec Goya mais aussi Picasso, autres grands espagnols, de la trilogie des artistes les plus admirés par Braun-Vega. Retenons pour preuve la série de ses Ménines de 1969, œuvre fondatrice en cinquante-trois tableaux accomplis en quatre-vingt-dix jours, simplement parce que Picasso avait mis trois mois en 1957 pour peindre ses quarante variations sur le même thème ! (« Il faut au moins une fois dans la vie tuer le père », commentait l’artiste).

Trente ans plus tard, Braun-Vega est toujours le peintre des peintres, vivant dans l’intimité des grands espagnols, mais aussi de certains français comme Manet et Ingres, de certains hollandais comme Rembrandt et Vermeer, et même d’un américain comme Edward Hopper. Et voici l’originalité profonde du Péruvien que l’on va pouvoir vérifier au Mans : capable d’attraper à la perfection les styles respectifs de ses modèles, il imprime à chacun sa marque propre. Picasso faisait certes d’un tableau de Vélasquez « un Picasso », mais Vélasquez était loin. Quand Braun-Vega s’empare d’Ingres, il nous offre à la fois un hommage fidèle à l’incroyable perfectionniste de Montauban et une époustouflante variation entièrement personnelle sur le thème donné par le maître choisi. On ne comprend pas toujours les contenus des tableaux d’Herman Braun-Vega tant ils sont riches, y compris par leurs allusions politiques, car l’ auteur n’oublie jamais dans quel monde il vit, ici et maintenant, quand il voyage dans le monde des styles. Un régal pour tous les amateurs de peinture, qui ne manqueront pas de se rendre au Musée de Tessé (2, avenue de Paderborn, Le Mans). ( www.braun-vega.com et www.pulsart-lemans.com)
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
03-05-2012
 
logo visuelimage.com

Verso n°122

L'artiste du mois : Valérie Rauchbach

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com