logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

actualités des expositions

MARTIAL RAYSSE

CHAMPION MÉTADIER
Transit

Jean Clerté
Dans mes tiroirs

Exposition organisée à l’occasion de la parution du livre "Dans m...

Aurélie Dubois
VOIR PEUT-IL RENDRE FOU?

Accueil > Insolite ou le cabinet de curiosités Insolite ou le cabinet de curiosités
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Thibault HAZELZET
Mars et la Méduse

CALL FOR ARTISTS: ALCHEMIC BODY | FIRE . AIR . WATER . EARTH
Extended deadline: April 07, 2017

Dianne Bos - The Sleeping Green.
Un no man’s land cent ans après

GEORGES PACHECO
AMALTHEE

THE MOVEMENT OF CLOUDS AROUND MT. FUJI
Photographed & filmed by Masanao Abe

Exposition de Helmut Völter

Virginie Hervieu-Monnet
Activité

 
[idées]
02-12-2015

Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao

J’ai rencontré Nguyen Trinh Thi au Jeu de Paume et nous avons abordé certains points que je souhaitais voir préciser. Elle est consciente de la tournure exotique que peut prendre le mode de présentation « sous vitrine » de certains objets qui accompagnent la projection de son film, et a toujours voulu éviter cette vision des choses dans son travail.

« Je m’efforce d’éviter de parler au nom des autres » dit l’une des lettres de Panduranga.

Comme je la questionne sur la forme « cabinet de curiosités » que prend la scénographie – documents d’archives cotoyant une carapace de tortue – l’artiste répond : c’est la forme même de la vitrine qui donne ce côté « ethnographique ». D’ailleurs, lorsqu’elle fait dire par la voix de la correspondance de Panduranga «Je ne suis pas ethnographe – à étudier et consigner systématiquement le mode de vie des Cham (…)– mais je ne suis pas non plus journaliste qui peut se contenter d’écrire directement sur les sujets » , elle se positionne comme une artiste. Cette indépendance d’esprit est certainement ce qui lui permet de dire les choses au Vietnam : ni comme une activiste, ni comme une journaliste, le fait de parler en tant qu’artiste lui ouvre le champ des possibles. « Le rôle de l'artiste, s'engager ou disparaître » nous dit Nguyen Trinh Thi.

Au Vietnam, la postcolonialité n’est pas encore d’actualité.

Sur le postcolonialisme, l’artiste est très claire « je n’aborde pas cette question ». Mais alors, pourquoi cette référence au film « Les statues meurent aussi » film engagé, s’il en est ? L’utilisation de l’image d’archive de Charles Carpeaux n’est pas là pour servir un propos sur le fait colonial. « Je ne fais pas de théorie » me dit encore Nguyen Trinh Thi. Ah bon ? La lecture  postcoloniale  que je fais de son travail artistique est donc due à mon point de vue strictement français. Dans ce cas, le casque colonial de Charles Carpeaux qui se détache en blanc sur fond de ruines sombres participe bien de ce que je nomme « l’esthétique de la postcolonialité » , et rien d’autre.

retour Page 3/3  
 

Richard Streitmatter-Tran Lettres de Panduranga (Letters from Panduranga),
un film de Nguyen Trinh Thi
Au Jeu de Paume jusqu’au 24 Janvier 2016
1 Place de la Concorde, 75008 Paris
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran Richard Streitmatter-Tran
  Richard Streitmatter-Tran
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com