logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suite

26-09-2013

19-09-2013

12-09-2013

05-09-2013

25-07-2013

18-07-2013

27-06-2013

20-06-2013

13-06-2013

06-06-2013

 
[verso-hebdo]
24-11-2011
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Michel Four et ses « objets sympathiques »
Plusieurs mairies de Paris sont attentives aux arts visuels : celles des 8e et 9e organisent des salons pour les artistes amateurs de l’arrondissement. Celles du 12e et du 3e proposent des conférences sur l’histoire de l’art. La mairie du 5e a donné carte blanche à une architecte d’intérieur, Amélie Bouquet, qui invite (jusqu’au 26 novembre) sept artistes d’horizons divers. Certaines mairies préfèrent les expositions monographiques : celle du 7e vient d’accueillir le peintre Jacques Bouché et celle du 6e présente, jusqu’à la mi-décembre, une rétrospective du peintre Michel Four. Je m’arrête à cette dernière, exemplaire de ce que peuvent faire de mieux, comme travail d’accompagnement de l’art, les mairies de Paris, mais aussi, bien sûr, de partout en France. Elles suppléent ou renforcent, selon les cas, l’action des galeries, ce qui est heureux.

Michel Four, né en 1945, diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, expose régulièrement depuis les années 70. Le bel espace à deux niveaux que lui offre la mairie du 6e lui permet de réunir, en une cinquantaine d’œuvres, les grands thèmes qui traversent son œuvre depuis 1972 : « Matières » (des abstractions), « Brésiliennes » (des nus), « Rencontres » (deux figures occupent l’espace), « Hommages » Van Gogh et Toulouse-Lautrec en particulier), « Venise », « Tauromachie », « Base 105 » (des pistes d’aérodrome), « La Rue », « Une autre idée du paysage », enfin, surtout, « Femmes ». La peinture de Michel Four regarde le monde avec gourmandise, et la femme en est la reine admirée. Le tableau Nu dans un paysage ( doublé par Elle) me paraît emblématique de sa démarche car ce beau nu assis offrant son dos à une forte lumière est moins « dans » un paysage que devant une toile représentant un paysage. On pense irrésistiblement à l’Atelier de Courbet et l’on se dit que Four en a retenu le message : le réalisme ne consiste pas à imiter la réalité mais à dénuder la vérité en démantelant la fiction.

Michel Four dénude donc la Vérité-Peinture avec une ferveur jamais démentie au long des années. C’est à travers le nu qu’il voit La plage, Le homard ou Le déjeuner sur la terrasse. Ses références artistiques revendiquées sont Toulouse-Lautrec, fameux amateur de nus, et Van Gogh, qui n’en fit jamais. Mais tous deux étaient superlativement affamés de fraîcheur et de beauté qu’ils trouvaient, l’un plutôt dans les figures, l’autre dans les paysages. Si bien que, regardant les Nus de Michel Four, particulièrement celui, rouge sur fond rouge dit L’Indienne, je me dis qu’il a dû se poser la même question que Matisse : « Pourquoi, puisque ma sensation de fraîcheur, de beauté, de jeunesse est restée la même qu’il y a trente ans devant les fleurs, un beau ciel, un arbre élégant, devrait-elle se modifier devant une jeune fille ? ». Chez Michel Four comme chez Matisse, le modèle nu détermine une émotion, un « attendrissement devant l’objet sympathique ». Le modèle était pour le peintre de Cimiez une porte qu’il devait « enfoncer pour accéder au jardin » dans lequel il se sentait « seul et si bien ». Un jardin où le spectateur pouvait entrer à sa suite. C’est bien ce que la mairie du 6e permet de faire à Michel Four aujourd’hui : inviter le public à entrer à sa suite dans son jardin peuplé de jeunes filles, ces irremplaçables objets sympathiques. ( www.michel.four.free.fr)
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
24-11-2011
 
logo visuelimage.com

Verso n°112

L'artiste du mois : Eric Théret

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com