logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Suite

27-10-2016

20-10-2016

13-10-2016

06-10-2016

29-09-2016

22-09-2016

15-09-2016

08-09-2016

01-09-2016

30-06-2016

 
[verso-hebdo]
17-12-2015
La chronique
de Pierre Corcos
Quand le thème dérobe les styles
Le thème pregnant, racoleur, polémique, toujours d'actualité de la prostitution écrase - on le conçoit aisément - les dimensions esthétiques, stylistiques des nombreuses peintures ou oeuvres graphiques, choisies surtout pour l'illustrer.
La dominante socio-historique de l'exposition Splendeurs et misères - Images de la prostitution 1850-1910 (jusqu'au 17 janvier au Musée d'Orsay) privilégie un contenu, provocant bien sûr (comme le fut d'ailleurs celui de l'exposition Attaquer le soleil à propos du sadisme et du marquis de Sade, ou de Masculin/Masculin dans ce même Musée d'Orsay), sur les formes picturales et sur leurs subtils liens avec le motif en question. Car, si ambivalent et transgressif que soit le thème de la prostitution, il ne demeure qu'un motif pour un peintre, un dessinateur, son véritable objet restant toujours la peinture, l'art graphique.
Ces liens, seulement esquissés (une phrase de Van Dongen vient nous rappeler le choix du rouge par rapport à la violence des passions), ne donnent pas aux visiteurs l'occasion d'apprécier les logiques picturales du naturalisme, de l'impressionnisme, du fauvisme, de l'expressionnisme, etc., travaillant ici les oeuvres. Non, en revanche le public en saura bien plus, à la sortie de l'exposition, sur la réalité multiforme de la prostitution au XIXe siècle, de la sordide « pierreuse » aux demi-mondaines et courtisanes de luxe, en passant par les filles « en carte », les « insoumises », les « verseuses », sur l'histoire des bordels, les modes variés de racolage, sur ce Paris de la Belle Époque (époque loin d'être belle pour la majorité des Parisiennes !), sur la duplicité de la sexualité bourgeoise durant cet « âge d'or de la prostitution ». Imperceptiblement, les peintures se font, deviennent illustrations d'un thème...

Si le thème prévaut, pourquoi alors ne pas lire les ouvrages passionnants de l'historien Alain Corbin : Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXe siècle) par exemple ? Une rencontre avait d'ailleurs été organisée par le Musée d'Orsay, à la mi-octobre, avec notre historien. Ou bien pourquoi ne pas se contenter de suivre les quelques conférences proposées sur le sujet ? Le thème, le documentaire... Pourquoi encore, oubliant la peinture, ne pas aller voir le film remarquable de Bertrand Bonello, L'Apollonide : Souvenirs de la maison close (2011) ? Ces questions se posent quand on voit se multiplier, dans le déroulé de l'exposition, les éléments matériels didactiques d'historiographie... Les photographies, les petits films érotiques d'époque qui nous sont proposés, les « cabinets stéréoscopiques » très coquins, tous ces documents enrichissant la connaissance du thème (par exemple ces réclames publicitaires pour brasseries de filles), le lit défait ( !) utilisé par les uns, le fauteuil de « travail » apprécié par les autres, chatouillent d'autant plus le voyeurisme du visiteur que la scénographie accrocheuse et mimétique de Robert Carsen, par le choix des couleurs et du mobilier, propose discrètement aux visiteurs d'évoluer dans une maison close de la Belle Époque.

Alors oui, cette exposition sert très bien son thème, en nourrit abondamment l'histoire et la sociologie, offre une riche pâture à l'imagination. Mais elle n'aide pas à mieux voir les admirables peintures de Manet, Degas, Toulouse-Lautrec, Munch, Vlaminck, Van Dongen, Picasso, etc. qu'on y trouve... Car ce n'est sans doute pas, comme il est suggéré dans certains commentaires, parce que ces artistes ont rencontré dans leur vie la prostitution qu'ils ont, pour en saisir la réalité ou le fantasme, cherché de nouveaux moyens picturaux. C'est plutôt parce que leurs recherches les conduisaient à essayer de nouveaux graphismes, s'ouvrir à d'autres gammes de couleurs, tester d'autres compositions et mises en scènes, qu'ils ont trouvé porteur et adopté le motif de la prostitution. Les peintres n'illustrent pas exactement un thème, mais leur démarche picturale rencontre les connotations du thème pour s'en exalter. Une phrase citée dans l'exposition : « Il se trouve, en cette idée de la prostitution, un point d'intersection si complexe, luxure, amertume, néant des rapports humains, frénésie du muscle et sonnement d'or, qu'en y regardant au fond le vertige vient, et on apprend là tant de choses. Et on est si triste ! Et on rêve si bien d'amour ! » (Flaubert à Louise Colet en 1853). Les valeurs antagonistes de la prostitution (luxure/amertume, splendeurs/misères, chair/argent, etc.), les scandales qu'elle charrie appellent une peinture qui rompe avec les conventions, joue avec des valeurs chromatiques heurtées, voire criardes. De Toulouse-Lautrec les traits incisifs et les teintes acides, les fulgurants aplats chromatiques de l'affichiste font corps avec le monde du spectacle, de la vénalité, de la concupiscence. Les expressives noirceurs de Steinlen vont à la rencontre des misères profondes, violentes de la prostitution. Les recherches fines et détaillées de graveur et illustrateur de Félicien Rops, son inclination au symbolisme, son goût du sacrilège aimantent l'univers fétichiste, fantasmatique et transgressif des courtisanes...

Laissons de côté le rutilant décor et les accessoires érotiques de l'exposition, les innombrables explications de l'historien et du sociologue... Oublions les catins, les cocottes et les bordels, les splendeurs et misères des courtisanes... Et mettons entre parenthèses le voyeurisme pour simplement voir, admirer les éblouissantes peintures ici offertes, les dessins virtuoses. Et, comme c'est étrange, cette exposition du Musée d'Orsay s'inscrira plus durablement dans nos mémoires !
Pierre Corcos
17-12-2015
 
logo visuelimage.com

Verso n°112

L'artiste du mois : Eric Théret

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com