logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
30-06-2022

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Jean-Rousselot, cinéaste, écrivain, créateur

La chronique de Pierre Corcos
Un cinéma sociologique

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Inhumanité rampante
Se contenter juste de montrer l'état des choses, en cumulant, concentrant, superposant ses effets, voilà qui recèle un pouvoir critique redoutable, que l'argentin Guillermo Pisani, auteur de J'ai un nouveau projet (jusqu'au 21 novembre au Théâtre de la Tempête), dont il a aussi réalisé la mise en scène, maîtrise remarquablement. Trente personnages pour raconter huit histoires qui se déroulent simultanément dans un bar parisien. Toutes ces histoires illustrent la gestion globale de notre quotidien, et plus particulièrement du travail, par un néolibéralisme (cf. l'excellent essai « Il faut s'adapter ». Sur un nouvel impératif politique de Barbara Stiegler, Éd. Gallimard) en convergence avec les nouvelles technologies numériques. L'ordinateur portable et le smartphone omniprésents : voici pour le hardware. Les plateformes numériques, les réseaux sociaux : voilà pour le software. Et non seulement il faut s'adapter à une accélération exponentielle, mais il convient encore de s'y montrer créatif. « J'ai un nouveau projet... de start up. Bravo, super ! ». L'esprit d'innovation permanente de la Silicon Valley rencontre l'exigence accrue de rentabilité d'un capitalisme que la baisse tendancielle du taux de profit conduit logiquement à la surexploitation. Guillermo Pisani s'est à l'évidence bien documenté avant d'écrire sa pièce, car saisissante est l'impression de vérité produite. Du travail ubérisé et du néomanagement à la rencontre érotique via l'application Tinder ou Meetic, en passant par les espaces anonymes de coworking, cette société qui vibrionne sous nos yeux effarés de spectateurs est bien la nôtre. Celle qui tend à s'imposer à l'encontre de toutes les résistances ou contestations. Les mots nouveaux dont elle pare les nouveaux maux qu'elle génère constituent peu à peu une langue de bois, voire une novlangue opacifiant, engourdissant l'esprit critique et sa vigilance. Ce fonctionnaire du ministère des Finances, ce réalisateur de films, cette D.R.H. d'une grande banque, cette naturothérapeute, etc. sont toutes et tous emporté(e)s par une nouvelle donne sociale qui les aliène, par un devenir numérique qui peu à peu les fantomatise. Dans cette nouvelle « servitude volontaire » (La Boétie), ils finissent par vouloir ce qu'en fait ils subissent. Guillermo Pisani constate que « le triomphe du néolibéralisme et de l'organisation capitaliste « par projets » n'a pas été le triomphe de la liberté », et sa pièce, sa mise en scène et les cinq acteurs le révèlent magistralement. Hyperactifs, sans mémoire et toujours projetés dans un futur immédiat, aucun des protagonistes, à des degrés divers, n'est vraiment autonome. Et cette absence de liberté s'éprouve physiquement par une sourde oppression anxiogène. L'omnipotence de l'ordinateur et du smartphone y contribue : elle est ici rendue - trouvaille scénographique - par des projections d'écrans tout au long de la pièce. Avec brio, Pisani parvient à tirer des effets humoristiques de cette arnaque et de cette folie généralisées. L'effet global et critique de sournoise déhumanisation est savamment obtenu. La loupe théâtrale a rempli sa mission !

Si J'ai un nouveau projet montre clairement en quoi une inhumanité rampante peut consister, La lune et l'ampoule de Dario Fo (tous les dimanches à 17h, du 28 novembre au 19 décembre au Théâtre de la Girandole à Montreuil) semble fournir les éléments de bases par lesquels, tout au moins dans notre civilisation, la notion d'humanité retrouve sa consistance. Une épaisseur d'histoire tout d'abord : les références perceptibles à la Commedia dell'Arte, au vieil art du cirque également et aux personnages immémoriaux des clowns (nos deux compères, Luciano Travaglino et Patrick Dray, en sont deux magnifiques), puis ces chansons malicieuses en dialectes italiens évoquant une sagesse populaire narquoise. Cette façon, ensuite, de reconnaître et porter vive réponse à ce que tous les hommes doivent endurer : la maladie, la vieillesse, la perspective de la mort. Enfin cette joie authentique qu'une longue souffrance assumée, rédimée, libère... L'humanité de Dario Fo (lui méritait bien son Prix Nobel de Littérature !), cet immense écrivain de théâtre, par ailleurs comédien et auteur de chansons, se ressent déjà par sa façon chaplinesque de porter, tout ensemble, le rire et les larmes. Il s'y ajoute cette dimension, qui lui est propre, anarchisante, satirique : « La satire est l'arme la plus efficace que le peuple tient entre ses mains pour se battre contre les déformations et les abus des pouvoirs », disait-il. Mine de rien, dans ce merveilleux cabaret musical en deux actes, entre une chanson et un numéro de variété, un sketche burlesque et une saynète absurde, une pique grinçante et un moment de poésie, on va se moquer des puissants et de la religion ou évoquer l'exploitation cynique du travailleur ! Guitare, tambour, accordéon et surtout piano, dont joue avec talent Patrick Dray : la musique, omniprésente, met en valeur les textes de Dario Fo, bourrés d'insolence et de tendresse comme un coeur gros d'envie de vivre. Luciano Travaglino et Patrick Dray ont commencé à jouer ce spectacle il y a vingt ans. Eux ont pris des rides et des cheveux blancs, mais pas lui. Il garde toute sa jeunesse, sa saveur, sa drôlerie. Et surtout son humanité... Car il semblerait qu'on est en train d'insidieusement l'égarer, celle-là, dans quelques recoins d'algorithme et Big Data.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
18-11-2021
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°129

L'artiste du mois :
Erwan de Beauchaine

Akame Kirimura[MA&MD]
Le fil rouge d'Akane Kirimura
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com