logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 Suite

01-07-2014

29-05-2014

22-05-2014

15-05-2014

08-05-2014

01-05-2014

24-04-2014

17-04-2014

10-04-2014

03-04-2014

 
[verso-hebdo]
10-04-2014
La chronique de Lara Tournemire
Jeunesse espagnole en force
Trop souvent mise à l'écart des centres actifs culturels, l'Espagne ambitionne pourtant de promouvoir l'art internationalement. La création récente de grands musées d'art contemporain tel que le Centro Pablo Serrano à Saragosse en est la preuve. L'implantation du Guggenheim à Bilbao en 1997 avait déjà établi une renommée certaine à l'Espagne en y présentant des artistes tels que Murakami, Jeff Koons, ou Daniel Buren. C'est sans oublier l'importante présence du MACBA à Barcelone et celle du Reina Sofia à Madrid. Néanmoins, qu'en est-il de l'actuelle création espagnole ?

A l'abri des regards parisiens, la jeunesse espagnole déploie toute sa créativité dans la rue, le Street Art étant omniprésent dans las calles de Barcelone, Madrid ou encore Saragosse qui consacre chaque année un festival culturel à cet art de rue. De jeunes peintres talentueux connaissent des difficultés à se faire connaître, le pays souffrant de la crise depuis maintenant 3 ans. Paris reste un centre majeur du marché de l'art, qui offre plus de possibilités aux jeunes artistes avides de reconnaissance. Heureusement, certains galeristes espagnols gardent la tête haute et ne reculent devant rien : Cristina Marin en fait partie. Connue pour ses passages dans des émissions culturelles à la TV, c'est une battante dans le milieu des galeries d'art à Saragosse. Bien qu'elle expose des artistes de renom tels que Maturen ou Sergio Abrain, Cristina ne s'interdit pas de présenter de jeunes pousses.

C'est le cas de Victor Solana, héritier d'une peinture classique goyesque. Ce petit prodige de 29 ans reçoit en 2012 une mention d'honneur dans la catégorie des jeunes peintres Aragonais. Défendu par Cristina Marin depuis le début, il expose notamment à Madrid, Valence et Berlin, ou il a séjourné quelques temps. Une peinture d'un incroyable raffinement réaliste aux thèmes violents et meurtris. Solana puise aussi bien son inspiration dans le mouvement Romantique que dans l'oeuvre de Bacon ou de Jenny Saville. L'expressivité de ces visages, gueules criantes, retracent toute une série, El grito, inspirées par Los Caprichos de Goya. L'humiliation évoquée dans les gravures de Francisco de Goya est symbolisée par ce cri, poignant et douloureux. Victor Solana souhaite parfaire une image du grotesque en créant des personnages saugrenus proches du sinistre. Certaines toiles dépeignent un important rassemblement humain : attroupées, les figures menacent le spectateur telle une marche révolutionnaire.

Il nous est agréable de découvrir une touche de peinture lisse avec une technique clair-obscur. La nostalgie des grands maîtres ne s'oublie donc pas. Une palette aux tonalités sombres pour des sonorités ardentes. La lumière est également magnifiée, éclat perpétuel de communication entre la Terre et l'au-delà.
Es este grito el de una revolucion cultural en marcha ? Ce cri est-il celui d'une révolution culturelle en marche ? La peinture de Victor Solana est bien l'appel hurlant d'une nouvelle quête culturelle.
Lara Tournemire
10-04-2014
 
logo visuelimage.com

Verso n°124

L'artiste du mois : Daniel Authouart

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com