logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 Suite

16-05-2013

08-05-2013

01-05-2013

25-04-2013

18-04-2013

11-04-2013

04-04-2013

27-03-2013

21-03-2013

14-03-2013

 
[verso-hebdo]
21-02-2013
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Ceux qui n’aiment pas Dali
Ce jour de février, queue comme d’habitude au rez-de-chaussée du Centre Pompidou pour voir l’exposition Salvador Dali. On apprend par haut parleur, en arrivant au 6e étage qu’il « faut compter 45 minutes d’attente, même pour les titulaires du pass prioritaire ». Ces derniers grognent un peu : c’était bien la peine de faire des frais pour pouvoir entrer tranquillement ! Toutes ces personnes, qui assurent le triomphe de l’exposition, ont dû être attirées par l’argumentaire alléchant du musée : Dali n’est-il pas « l’un des artistes les plus controversés, souvent dénoncé pour son cabotinage et ses prises de position politiques provocatrices » ? Ses œuvres surréalistes, poursuit l’argumentaire, ne sont-elles pas de minutieuses transgressions, « où chaque détail compte : invisibilité du père, mère blasphémée, masturbation, amollissement des objets... ». On se réjouit pour le Musée National d’Art Moderne qui remplit sa caisse, mais a-t-on songé que Dali a été récusé par les plus sérieux collectionneurs du XXe siècle, privés et publics ?

Dans la première catégorie, on trouve Dominique de Menil, dont on a pu prendre, en France, la mesure de la collection en 1984 grâce à l’exposition La Rime et la Raison au Grand Palais. Exposition somptueuse, mettant en relief trois grands domaines : les civilisations occidentales antérieures à la Renaissance, les arts primitifs, et l’art moderne d’Amérique et d’Europe. Dominique de Menil était assez riche pour acheter tout ce qui correspondait à son goût, à la fois subtil et éclectique : « Longtemps j’ai repoussé l’idée de collection. Le mot même me paraissait chargé de prétentions. Il impliquait des partis-pris, je n’en voulais aucun. Découvrir des trésors, les ramener chez soi, si possible, oui mais comme on fait un bouquet, sans trop réfléchir, au gré des pas et pour la joie des yeux... » Par exemple, attentive au surréalisme et au dadaïsme, elle avait rassemblé plusieurs tableaux de Max Ernst et de Francis Picabia, mais de Dali, aucun. N’est-ce pas significatif ?

Dans la deuxième catégorie figure Edy De Wilde, directeur du Stedelijk Museum d’Amsterdam qui, au terme d’une carrière de 45 années, a réuni en 1985 ses quarante-cinq artistes modernes préférés dans La Grande Parade (hommage au tableau de Fernand Léger).
Chef d’une grande institution, De Wilde a pu emprunter tout ce qu’il a voulu (y compris le Léger, venu du Guggenheim de New York) : Bonnard, Braque, Matisse, Rothko, Pollock, Bacon, Giacometti, Miró, Picasso… mais de Dali, point. Le promoteur de la gare de Perpignan n’était pas jugé digne par Edy De Wilde de figurer parmi les meilleurs artistes de la modernité. Peintre, Dali n’aura été qu’un faiseur (« personne qui cherche à se faire valoir ; hâbleur » dit le Larousse). Faiseur parfois techniquement habile, et surtout fécond dans l’ordre de la provocation, comme en témoigne notamment l’encre sur toile Parfois je crache avec plaisir sur le portrait de ma mère, phrase prononcée par une silhouette de Jésus-Christ. Cela date de 1929 : Dali serait donc le précurseur des faiseurs contemporains Delvoye, Hirst et autres Cattelan qui ont érigé la provocation en système pour acquérir gloire et fortune (« Il y a une débilisation de notre culture, et j’en suis le complice » a avoué Wim Delvoye dans Le Monde du 31 mai 2012). On comprend que la foule se précipite au Centre Pompidou : elle y est dans l’air du temps.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
21-02-2013
 
logo visuelimage.com

Verso n°125

L'artiste du mois : Frédéric Brandon

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com