logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Suite

16-12-2011

08-12-2011

30-11-2011

24-11-2011

17-11-2011

10-11-2011

03-11-2011

28-10-2011

21-10-2011

13-10-2011

 
[verso-hebdo]
29-09-2011
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
André-Pierre Arnal : ce que l’on appelle la belle peinture
Cette lettre s’adresse tout particulièrement aux jeunes qui ignoreraient le parcours d’un grand peintre français, André-Pierre Arnal (né en 1939), homme d’un naturel trop discret, qui a relativement peu montré son travail au cours des dernières années. Il ne faut surtout pas manquer l’exposition rétrospective organisée à la galerie de l’Europe, rue de Seine à Paris, qui va d’un Pliage historique de 1970 à de jubilatoires collages sur de petites ardoises réalisés récemment.
Arnal, avec Cane, Devade, Bioulès, Dezeuze et Pincemin, fut de ceux qui déposèrent le label Support/Surface, au singulier, en 1971. C’était l’époque où il s’agissait de travailler sur les « refoulés de la peinture traditionnelle » pour lutter contre l’idéologie bourgeoise encore dominante. Nous étions dans la période post-1968 : Arnal pensait, comme ses camarades, selon les mots du théoricien Marc Devade, que « la révolution n’est pas un thème pictural, la révolution est une pratique qui passe aussi par la transformation de la peinture elle-même ». La galerie Brimaud, 4 rue de Thorigny 75004, présente des œuvres des seules années Support/Surface jusqu’au 18 octobre.

André-Pierre Arnal a puissamment contribué à transformer la peinture de son temps en développant une recherche ambitieuse sur les supports et l’inscription de la couleur sur de multiples surfaces, libérées de leur cadre. Depuis les années 70, il n’a pas cessé d’inventer une peinture voilée/dévoilée se servant d’une matrice et que l’on peut qualifier également de monotype ou empreinte. On sait que le monotype est proche de la gravure et que l’empreinte est l’essence d’une mémoire fragmentée. Arnal pratique l’empreinte en utilisant deux supports : l’un éphémère ne retenant pas la couleur, l’autre définitif (essentiellement du papier) qu’il fripe, froisse, plie et arrache après l’avoir déposé sur de multiples supports. Ses déchirures sont méthodiquement opérées par la diagonale. Au commencement des années 2000, il a découvert les cartes d’état major et les a élues comme supports privilégiés d’une réflexion esthétique alimentée par des emprunts à la philosophie, l’histoire de l’art et la politique.

Peut-être que, comme son camarade Louis Cane qui déclarait en 1983 que « le fait que les amateurs d’art ne savent pas distinguer une belle peinture d’une mauvaise est éprouvant », peut-être qu’André-Pierre Arnal est agacé par la généralisation de l’inculture qui n’a pas cessé de se répandre depuis trente ans, mais ce n’est pas cela qui l’empêche de peindre, sans doute même au contraire. Ce n’est pas un hasard si Arnal s’intéresse au grand mouvement de pensée viennois et allemand qui, des Romantiques à Warburg, interroge les formes de l’art dans un dialogue permanent avec la philosophie. Aby Warburg surtout, avec qui il cherche à retrouver « le timbre de ces voix inaudibles » (celles de la peinture du passé) non pas avec des mots, mais à travers ses propres peintures à la fois radicalement novatrices et profondément enracinées dans ce qu’il y a de plus délectable dans l’histoire de son art.
Il faut aller à la rencontre de l’œuvre d’André-Pierre Arnal, ne serait-ce que sur son site www.andrepierrearnal.com. Vous verrez, c’est ce que l’on appelle de la belle peinture.
J.-L. C.
jl.chalumeau@usa.net
29-09-2011
 
logo visuelimage.com

Verso n°126

L'artiste du mois :
Jean-Pierre Cornet

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com