logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 Suite

17-12-2010

10-12-2010

01-12-2010

26-11-2010

19-11-2010

11-11-2010

04-11-2010

21-10-2010

14-10-2010

07-10-2010

 
[verso-hebdo]
21-10-2010
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Johnston Foster,
« Token Omen »
Le dépliant pour touristes de la Bastille de Grenoble a raison : petite montagne fortifiée, grand domaine de découvertes. Il est recommandé de monter dans l’une des bulles de plexiglas qui, en cinq minutes, font franchir l’Isère aux voyageurs, les hissant de 262 mètres de dénivelé pour leur permettre de découvrir, en premier lieu, une vue splendide de la cité dans son écrin de montagnes. Le général Haxo est passé par là sous Louis-Philippe, et son talent architectural sert à merveille le Centre d’Art Bastille, voué à « une approche curieuse de l’art contemporain » (dixit le dépliant) dans ses casemates voûtées en pierre de taille. Vous devinez que c’est là que je me suis rendu le 6 octobre dernier (en ce qui concerne le Musée des Troupes de Montagne voisin, qui doit être passionnant, ce sera une autre fois), invité à découvrir les œuvres d’un jeune artiste américain, Johnston Foster.

L’exposition a pour titre Token Omen, ce qui signifie « présage symbolique ». Les œuvres sont en trois dimensions, vivement colorées, mais elles ne sont cependant pas gaies. L’artiste explore à sa façon le thème de la perte ou du désastre à travers des allégories animalières exclusivement composées à l’aide d’objets et matériaux de récupération qu’il prélève systématiquement dans l’environnement urbain. Un langage visuel très proche de la culture pop est mis au service d’une critique sans concession de la société industrielle du capitalisme mondialisé à travers ses déchets. Foster en donne la liste précise pour chaque œuvre, par exemple pour Catch of the Day (2008) nous avons : « contre-plaqué, linoléum, piscine pour enfant, sacs poubelle en plastique, tuyaux, nappe en plastique, vinyle, balle de tennis, marbre, vis ».

Dès le seuil de l’exposition, j’ai été particulièrement frappé par un malheureux requin femelle éventré, d’où s’échappaient des bébés-requins morts, mais aussi toutes les saletés – comme les inaltérables et épouvantables bouteilles et sacs en plastique - avalées par les poissons de tous les océans du monde, les gros surtout, vouant ces derniers à une mort certaine. Mais c’est d’abord en artiste que Foster s’intéresse aux déchets de notre consommation : « Ce que je trouve intéressant, dit-il à Vincent Verlé, un des responsables du centre, c’est que chaque objet que tu utilises possède déjà une histoire et une énergie. Elles me guident souvent dans mon travail en cours, avant même de les intégrer dans les sculptures. Leur histoire, leur énergie s’en trouvent ensuite amplifiées dans mes œuvres ». C’est exact : il faut voir ces travaux fortement originaux pour éprouver l’énergie que Johnston Foster a su leur communiquer.
(jusqu’au 14 novembre. 04 76 54 40 67)
J.-L. C.
jl.chalumeau@usa.net
21-10-2010
 
logo visuelimage.com

Verso n°126

L'artiste du mois :
Jean-Pierre Cornet

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com