logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

20-09-2018

13-09-2018

06-09-2018

28-06-2018

21-06-2018

14-06-2018

07-06-2018

31-05-2018

24-05-2018

11-05-2018

 
[verso-hebdo]
20-09-2018
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
La relativité de toutes choses selon Levi Van Veluw
Le Domaine de Kerguéhennec, dont la vocation est résumée par les trois mots « art, architecture, paysage », présente dans le château, jusqu'au 4 novembre, une installation du plasticien néerlandais Levi Van Veluw qui vaut peut-être le déplacement jusqu'au centre du Morbihan, entre Vannes et Pontivy (titre : « La relativité de la matière »). Il faut d'abord saluer l'organisation, assez délicate puisque les visiteurs ne peuvent voir et éprouver l'oeuvre que un par un. Une hôtesse doit donc leur expliquer brièvement le principe, puis les introduire dans l'ascenseur qui les conduit jusqu'au premier étage où une deuxième hôtesse les réceptionne et surveille leur évolution hésitante dans un circuit plongé dans une quasi obscurité. Les visiteurs suivants attendent pendant ce temps là leur tour dans un salon du rez-de-chaussée. On s'explique que la réservation en ligne soit obligatoire ( www.kerguehennec.fr) pour qu'un maximum de 18 personnes puissent passer toutes les 15 minutes.

Ces précautions sont nécessaires pour que le corps tout entier soit mobilisé dans et par l'expérience de la déambulation (« l'exposition est déconseillée aux personnes claustrophobes » précise le petit guide). Il s'agit pour le jeune Levi Van Veluw, né en 1985, de créer une réalité alternative dans laquelle le visiteur perdra ses repères et vivra « une expérience sensorielle complète ». Immergé dans le noir, devant avancer avec précaution, il discernera des environnements étranges, par exemple celui où il distinguera une table et une chaise englouties aux trois quarts dans une étendue liquide inquiétante, glauque et sombre bien entendu. L'artiste entend recréer des cauchemars d'enfance (il rêvait ainsi que les meubles de sa chambre étaient en train de disparaître) et élargit son exploration aux « thèmes sombres de la peur, de la solitude, de la perte du contrôle » (entretien de l'artiste avec Valentjin Byvanck).

La volonté de nous placer dans une situation particulièrement anxiogène, celle où nous éprouvons « la perte du contrôle », d'autant plus intense que l'installation est techniquement très bien réalisée, me paraît très significative d'une grande partie de l'art contemporain, celle dont le principal pionnier est sans doute Olafur Eliasson. On se souvient de son exposition Contact qui inaugurait la Fondation Vuitton du bois de Boulogne en 2015. On pénétrait dans ses espaces noirs non pas individuellement mais en groupe, le résultat étant le même : perte désagréable de repères (les murs invisibles étaient des miroirs courbes, le sol tout en creux et bosses était éprouvé comme mouvant...) et sentiment d'oppression. On nous expliquait alors qu'après le temps de l'art de la représentation (de la Renaissance à la fin du XIXe siècle), après le temps de l'art de la simple présentation (les avant-gardes du XXe siècle), le temps était venu d'un art de la perte de soi et de la fin des repères (dit de « l'absentation »). Ne faut-il pas, selon certains, témoigner de la mort de Dieu, de la fin des grands récits, de la faillite des idéologies ? Si vous ne saviez pas encore que vous êtes seul dans un monde qui n'a plus de sens, des artistes sont là pour vous en parler...
Artiste pluridisciplinaire, Levi Van Veluw réalise aussi des photographies et surtout des dessins au fusain où les amateurs peuvent retrouver les thèmes sombres de l'artiste (Galerie particulière, 75003 Paris).
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
20-09-2018
 
logo visuelimage.com

Verso n°111

L'artiste du mois : François Lelièvre

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com