logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Suite

14-01-2016

07-01-2016

17-12-2015

10-12-2015

03-12-2015

26-11-2015

19-11-2015

12-11-2015

05-11-2015

29-10-2015

 
[verso-hebdo]
14-01-2016
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
La critique d'art est-elle encore un genre littéraire ?
Bigre est le titre d'un spectacle proposé (jusqu'au 17 janvier) par trois comédiens-auteurs au théâtre du Rond-Point à Paris. Il s'agit d'un « mélo burlesque » d'une terrifiante drôlerie. Les comédiens ne prononcent en effet pas une seule parole : ils n'émettent que des cris et des borborygmes en lien avec un bruitage parfaitement au point. Le responsable du spectacle, Pierre Guillois, indique que « les personnages sont toujours stupéfaits par les catastrophes et les ratés dont ils sont l'objet » et il précise : « bien sûr ce n'est pas un genre existant ». On rit beaucoup devant cet « exercice de style » qui m'a laissé songeur, moi qui croyais que le théâtre est un genre littéraire. Le voici dynamité de l'intérieur, ce genre, dans le lieu même où la compagnie Renaud-Barrault défendit les plus grands textes, de Paul Claudel à Samuel Beckett. L'heure est décidément encore et toujours à la déconstruction. Là où il n'y a plus de texte, y-a-t-il du théâtre ? C'est peut-être l'occasion d'ajouter : et là où il n'y a plus de texte, y-a-t-il encore de la critique d'art ?

Je pose la question après avoir lu une analyse de Christophe Domino (théoricien de l'art et commissaire d'expositions réputé) intitulé « Que peut la critique impliquée ? » dans le numéro 45 de la revue Critique d'art (automne-hiver 2015). Je cite : « la décrédibilisation générale de la pensée critique dans le contexte du postcapitalisme tardif dominant trouve souvent peu de prises sur des formes actuelles de propositions artistiques ». Autrement dit : la bonne vieille critique d'art comme genre littéraire n'est plus crédible pour commenter les propositions artistiques actuelles les plus pointues. Aussi, le critique Christophe Domino entend donner une solution au problème de la « dissolution de frontière dans les formes de l'engagement critique ». Comment cela ? En laissant de côté la part discursive de l'exercice critique qui trouverait « à s'élargir jusqu'à une forme de contribution, voire de collaboration » avec les artistes contemporains. Comme les journalistes embarqués/impliqués (embedded) par l'armée américaine sur les théâtres d'opérations, le nouveau critique annoncé par Christophe Domino sera embedded dans l'art contemporain ! Evidemment, cela ne se fera pas «  sans déplacer le cadre opérationnel et les principes de crédit méthodologique de la pratique critique ». En clair : le critique embedded n'aura plus guère l'occasion d'écrire avec recul, il sera le collaborateur au jour le jour des artistes qui auront besoin de lui comme assistant. La critique d'art comme genre littéraire ne sera plus qu'un souvenir.

Charles Baudelaire avait une idée assez nette de ses propres « principes de crédit méthodologique de la pratique critique ». Sans s'embarrasser du jargon venu des sciences humaines qui n'existaient pas encore de son temps, il proclamait vigoureusement que, « pour avoir sa raison d'être, la critique doit être partiale, passionnée, politique, c'est-à-dire faite à un point de vue exclusif, mais au point de vue qui ouvre le plus d'horizons ». Le père de la critique d'art moderne avait horreur des systèmes sans cesse changeants (tout système de lecture de l'art était pour lui « une espèce de damnation qui nous pousse à une abjuration perpétuelle ») et pour échapper à « l'horreur des apostasies philosophiques », il s'était résigné (« orgueilleusement ») à la modestie. « Je suis revenu chercher asile dans l'impeccable naïveté »." De nos jours, la démolition du théâtre comme genre littéraire peut éventuellement faire rire. Mais la déconstruction de la critique d'art devenue embedded ferait plutôt pleurer. On peut préférer la critique qui s'efforce, aujourd'hui encore et malgré tout, de suivre les traces littéraires d'un Baudelaire, évidemment non sans une certaine naïveté.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
14-01-2016
 
logo visuelimage.com

Verso n°103

L'artiste de l'été : Marine Joatton

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com