logo visuelimage.com
 
 

 

 

 

 
   
 
 
 
 

actualités des expositions

Rayures dans la mer, tâches dans la savane : atelier créatif de Laura Mertz
Samedi 29 février du 15h au 17h
Atelier créatif + goûter à Coutume (12€)

ANOMAL
Quentin Garel

et RENCONTRES DE BAMAKO
exposition photo

MuséOthérapie, l’Art de se sentir bien !
Conférence Samedi 8 février à 15h :
« Art détox »
Estelle d’Almeida, chef de pr...

Ariane Loze - Une et la même

Fabien Tabur présente Buisson Ardent

ERWIN WURM Photographs

GROUP SHOW :
Féminin

antoine poupel
GROUP SHOW : 1970-1990, Regards sur la création havraise

Jusqu’au 22 février 2020

vladimir skoda
GROUP SHOW : L’œil et la nuit

elissa marchal
SOLO SHOW : Horizons

  [verso-hebdo]
25-11-2021

La lettre hebdomadaire de Jean-Luc Chalumeau
Les Musées dessinés de Christelle Téa

La chronique de Pierre Corcos
Le corps, motif et prétexte.

La chronique de Gérard-Georges Lemaire
Chronique d'un bibliomane mélancolique

La chronique
de Pierre Corcos
Effets de groupe
Jusqu'au 31 octobre au Théâtre de l'Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes, dans une mise en scène d'Olivier Mellor et une traduction de Magali Rigaill, La Noce de Bertolt Brecht. Le titre intégral de cette pièce en un acte, écrite en 1919 et créée en 1926 au « Schauspiel » de Francfort, est La Noce chez les petits bourgeois. Et cette précision reste importante pour garder à l'esprit que cette oeuvre de jeunesse, encore marquée par l'esthétique expressionniste et une attitude anarchiste, prend déjà en considération les classes sociales et prépare le Brecht marxisant que l'on connaît... Si de grands metteurs en scène (Vincent, Schiaretti, Bouillon, Lavaudant, Adrien, etc.) se sont emparés de cette oeuvre, c'est qu'à la critique sociale à l'encontre d'une classe piégée dans une fondamentale duplicité, s'ajoute le thème riche, et souvent illustrée en littérature, de la noce triste sous la fête trompeuse. Derrière la représentation sociale, l'affichage de la joie, le banquet, la danse, les discours pompeux, grincent des questions mesquines. C'était quoi le « deal » ? les aurait brutalement résumées un Koltès. Quant au côté féminin, on peut repenser à cette lamentation de madame Bovary : « Pourquoi me suis-je mariée ? »... Comme ailleurs, pour réprimer leur gêne, leur indifférence ou une vague tristesse, les invités de cette noce n'arrêtent pas de s'enivrer. Et leur éthylisme provoque autant l'effusion qu'il libère leur bassesse, leur voracité, leur concupiscence et leur stupidité. Brecht a trouvé ici une excellente métaphore pour ce naufrage, cette catastrophe : les meubles tant bien que mal fabriqués par le marié se déboîtent, se disloquent et partent en morceaux... Par le grimage des comédiens, Olivier Mellor nous rappelle les notes expressionnistes de la pièce, autant qu'il reprend discrètement en compte la « distanciation » brechtienne (c'est du théâtre que vous voyez) et, avec sa compagnie, il nous offre un spectacle festif où le music-hall n'est pas loin, et la musique (Toskano et son orchestre) quasiment continuelle. Les comédiens nous donnent pleinement à voir cette grossièreté foncière qui monte jusqu'à l'insulte, la bagarre et s'exténue dans l'accablement. Mais on regrette que les vociférations, le son des instruments de musique, le tapage ambiant finissent par gêner la pleine compréhension du texte brechtien. Et si l'effet régressif du groupe noceur est bien rendu, des nuances supplémentaires dans le jeu de chacun des comédiens auraient captivé davantage encore l'attention des spectateurs.

On sait que dans la réalité sociale, le groupe peut favoriser le conformisme, l'irresponsabilité, des comportements archaïques, voire inhumains. Mais au contraire, dans certaines situations favorables, c'est à l'émergence d'une créativité, d'une intelligence collectives qu'il contribue. Et le théâtre, art de groupe, peut magistralement le traduire.

Huit heures ne font pas un jour d'après une série télévisuelle en cinq épisodes signée du cinéaste Reiner Werner Fassbinder et diffusée à la télévision allemande d'octobre 1972 à mars 1973, est devenu une création théâtrale, grâce à la traduction de Laurent Mulheisen, l'adaptation de Julie André et Florence Seyvos, et surtout la mise en scène de Julie Deliquet. Le spectacle s'est joué jusqu'au 17 octobre au Centre dramatique national de Saint-Denis, et ceux qui l'ont vu n'ont pu que sentir passer la différence des situations d'alors avec notre époque menaçante et en perte d'utopie. Le but de Fassbinder était bien sûr de rencontrer, par la télévision, un large public qui n'allait pas plus voir ses pièces au théâtre que ses films au cinéma. Le groupe ici représenté se situe en milieu ouvrier (à cette époque il représentait la moitié des actifs en RFA !), et il concerne aussi bien les membres d'une famille, que des collègues ou des camarades. Pour la transposition scénique, l'idée d'un espace unique, doté d'un décor réaliste, qui puisse être à la fois lieu d'échanges, de travail, espace public et privé, fonctionne à merveille. Le spectacle dure trois bonnes heures, mais les passages fluides entre le collectif et l'individuel, le travail et la maison, la simplicité apparente des situations font que les nombreuses scènes coulent facilement, tout comme dans les séries télévisuelles. Bien entendu, cette « facilité » pourrait être là un motif de critiques ou de réserves pour tous ceux qui, réticents à l'égard du passage entre cinéma ou télévision et théâtre, trouveraient que la banalité voire la platitude plombent peu à peu le spectacle. Mais la solidarité, qui finit par transcender ici les conflits de sexes et de générations, la découverte intuitive et collective par essais/erreurs de l'« autogestion » font événement. Et d'autant plus émouvant qu'à travers une situation très concrète, c'est en filigrane une humanité émancipée qui se dessine. Les bonnes intentions de Julie Deliquet, perceptibles, sont revendiquées: « Il s'agit de reprendre espoir ensemble. Tout seul on ne peut rien », dit-elle dans un entretien. On aime voir Évelyne Didi et Christian Brillaud évoluer parmi tous ces jeunes comédiens. L'expérience des uns, l'enthousiasme des autres se renforcent. Voilà un effet de groupe ouvert, vivifiant, roboratif. Loin de nos actuelles crispations identitaires, individualistes ou communautaires.
Pierre Corcos
corcos16@gmail.com
21-10-2021
Lire les [Verso-hebdo] antérieurs
 
logo visuelimage.com

Verso n°126

L'artiste du mois :
Jean-Pierre Cornet

Stefano Soddu[MA&MD]
Pierre Delcourt
en quête d'un absolu du visible
par Gérard-Georges Lemaire
Stefano Soddu[MA&MD]
Stefano Soddu,
entre diverses dimensions
par Gérard-Georges Lemaire
Olivier de Champris[MA&MD]
Une expédition picturale à Cythère
en compagnie d'olivier de Champris
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
Dans l'atelier de Hans Bouman
par Gérard-Georges Lemaire
John Giorno[MA&MD]
John Giorno : William Burroughs
tel que je l’ai connu.
par Gérard-Georges Lemaire
Giampiero Podesta[MA&MD]
Giampiero Podestà, ou l'origine d'un monde
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
Takis: Contemporary Poet of Heaven and Earth

by Megakles Rogakos, MA MA PhD
Marilena Vita[MA&MD]
Sur les pas d’Adalberto Borioli
par Gérard-Georges Lemaire
Marilena Vita[MA&MD]
Marilena Vita,
entre mythe et onirisme
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Le regard photographique
de Marie Maurel de Maille
par Gérard-Georges Lemaire
Marie Maurel de Maille[MA&MD]
Santiago Arranz,
l'ami intime des écrivains
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage[idées]
George Koumouros
"Portrait Landscapes"

Exhibition curated
by Megakles Rogakos

PRESS RELEASE

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

à bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

      duchamp[MA&MD]
L'univers fantasmagorique
d'Esther Ségal
par Gérard-Georges Lemaire
Mucha[livre]
Quand Patrizia Runfola nous révèle le cheminement d’Alfons Mucha de Paris à Prague

Christian Parisot s’entretient avec Gérard-Georges Lemaire à propos du livre de Patrizia Runfola sur Alfons Mucha qui vient de paraître aux Editions Exils.
visuelimage[idées]
Ney Matogrosso: Beautiful as a Greek
The Greek Mythology inspires a Revolutionary”
by Alkistis Michaelidou
PRESS RELEASE

Co-curated by Dr Megakles Rogakos
and Ioannis N. Arhontakis
     
      duchamp[MA&MD]
Le monde enchanté de Christine Jean
par Gérard-Georges Lemaire
visuelimage
[idées]
GROUP VISUAL ART EXHIBITION
"Die Kunst ist ein Ausweg
bei sexuellen Problemen"
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[MA&MD]
Eric Rondepierre
et les aléas de la pellicule
par Gérard-Georges Lemaire
     
      visuelimage
[idées]
“Prossalendi’s Britannia
Contemporary Perspective
PRESS RELEASE

by Rogakos Megakles
duchamp[livre]
Procès de l'art contemporain :
Accusation et défense
Jean-Luc Chalumeau
UPPR éditions,
collection « Carte blanche »,
134 pages, 14,50 euros.
[idées]
duchamp
Corfu Festival for the Bicentenary
of the Order of St Michael and St George 1818 – 2018
by Rogakos Megakles
     
      duchamp[MA&MD]
Les figures rabelaisiennes
de Claude Jeanmart
par Gérard-Georges Lemaire
duchamp[livres]
Severine Jouve s'entretient avec Gérard-Georges Lemaire
à propos de son histoire de la critique d'art.
duchamp[MA&MD]
La petit monde exhubérant
de Laurie Karp
par Gérard-Georges Lemaire
     
      duchamp[livre]
Le Livre des îles noires – vies de Fletcher
roman de Pierre Furlan publié par Au Vent des Îles
par Christophe Cartier
duchamp[MA&MD]
Umberto Mariani : dorures et plissage
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
The Muses Project
A Dialogue Between Art and Science
by Rogakos Megakles

Press Release
     
      duchamp[focus]
I 4 SOLI
Une exposition présentée par Gérard Georges Lemaire
duchamp
Le cercle de Brion Gysin à Paris
par Gérard-Georges Lemaire
[idées]
duchamp
Joycean Exegesis of The Large Glass: Homeric Traces in the Postmodernism of Marcel Duchamp.

by Rogakos Megakles
     
      duchamp[humeur]
Misungui Bordelle
17 novembre, 10:36.
duchamp[focus]
Supplément d’âmes
Correspondance entre Ernest Breleur et Myriam Dao, octobre-novembre 2016
duchamp[focus]
Focus sur Lois Weinberger
par Myriam Dao
     
      Myriam Dao
Arthur Aeschbacher en compagnie de Marcel Duchamp et de Brion Gysin.

par Géraldine Kozask

duchamp[idées]
Entretien avec Bernard Metzger.

par Christophe Cartier
[idées]
Myriam Dao"NAPOLUN"
Empires de Huang Yong Ping
Monumenta 2016 au Grand Palais

By Régine Cuzin et Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
"Welcome - The European Hospitality and its Borders"

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Retour « à la campagne » pour les artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton

par Myriam Dao
duchamp[idées]
La bibliothèque d’Anselm Kiefer

par Pierre Furlan
     
      duchamp[idées]
Picasso - Cocteau: A Top Artistic Encounter

By Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Lettres de Panduranga  - Au Jeu de Paume,
« l’esthétique du divers » mise en orbite

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Ink Kingdom / Truc-Anh,
« Un cabinet des âmes errantes »,

par Myriam Dao
     
      duchamp[idées]
Après le « Jour d'après »,

par Myriam Dao
duchamp[idées]
Entretien avec Diane Ducruet, photographe.

Propos recueillis par Christophe Cartier
Jeff Koons sans ironie[idées]
Galerie A2Z
Entretien avec Anthony Phuong, galeriste

Propos recueillis par Myriam Dao
     
      archipel[idées]
Archipel Secret - Palais de Tokyo - Paris
Richard Streitmatter-Tran diacritic.org
The Women and the Waq Waq

par Myriam Dao
Jeff Koons sans ironie[idées]

Jeff Koons sans ironie

par Pierre Furlan
Jeff Koons sans ironie[idées]

Retrait de la photo de Diane Ducruet « mère et fille » de la programmation du mois de la photo : Petit compte rendu d’une maladresse révélatrice de peurs ancestrales….
par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Les coups de cœur 2
par Eric De Monagendart
duchamp[idées]
Les coups de cœur 1
par Eric De Monagendart
Bill Viola
[idées]
De Mapplethorpe à Nancy Cunard... Correspondances fictives (1986)

par Myriam Dao & Christophe Cartier
     
      Christophe Cartier
[idées]
Super-héros, rendons justice…

par Myriam Dao

[idées]
Bill Viola ouvre des fenêtres sur les grands thèmes de la peinture occidentale.

par Myriam Dao & Christophe Cartier
Christophe Cartier [idées]
PAPARAZZI
ou comment la presse people bouleverse nos grilles de lecture

par Christophe Cartier
     
      duchamp[idées]
Margarita Petrova’s Dollhouse - An Allegory for the Human Condition

par Megakles Rogakos
demetrius[idea]
The Illustrated Books of Démétrius Galanis
A Discreet yet Amazing Exhibition

by Megakles Rogakos
duchamp[idées]
Le Grand Verre et le Pavillon de la Grande Jetée.
Centenaire de la visite de Marcel Duchamp à Herne Bay en 1913.

par Megakles Rogakos
     
     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com