logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Suite

08-09-2016

01-09-2016

30-06-2016

23-06-2016

16-06-2016

09-06-2016

02-06-2016

26-05-2016

19-05-2016

12-05-2016

 
[verso-hebdo]
08-09-2016
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Cognée, le peintre qui fait scintiller les choses
Philippe Cognée passe pour l'un des meilleurs peintres français contemporains. Né en 1957, il fut lauréat de la Villa Médicis (c'est-à-dire le prestigieux « prix de Rome ») en 1991 avant d'être, aujourd'hui, professeur à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Tous les textes le concernant mettent en avant sa technique originale à base de cire d'abeilles, et, puisqu'il faut nécessairement en passer par là, je citerai le très remarquable résumé qu'en propose Michel Onfray : « Il maroufle ses toiles sur bois afin de disposer d'une surface portant la cire afin qu'elle ne craquelle ni ne fonde ; il peint à la cire teintée de pigments et obtient une matière qui sèche vite ; il appose ensuite sur cette surface de cire une feuille de plastique sur laquelle il passe la semelle d'un fer à repasser ; il obtient alors un fondu qui varie en fonction de la durée de l'application. Ce fondu dit le visage autrement que comme une représentation tout autant qu'une disparition. Il s'agit en effet d'une apparition... » Michel Onfray parle de visage parce qu'il préface l'exposition Figures envisagées au Radar de Bayeux, mais il aurait pu dire aussi maison, paysage, poisson, quartier de viande : tous sujets d'une grande banalité dont Cognée fait de véritables portraits.

Philippe Cognée ne pratique pas le « genre » du portrait, mais il pose la question du portrait : on l'a compris lors de son exposition au deuxième étage du château de Chambord en 2013 quand, en contrepoint des portraits qui ornaient autrefois les demeures royales en tant qu'iconographie du pouvoir, il affirmait au contraire la fragilité de la condition humaine avec ses figures évanescentes, apparitions au bord de la disparition. En fait, tout est en ce sens portrait chez Cognée, qui saisit le moindre objet ou visage dans sa singularité, comme pour le faire échapper à la frénésie mortifère des sociétés modernes. Son ambition est avant tout picturale, mais il sait que l'on ne peut peindre aujourd'hui comme autrefois : il s'inscrit donc dans la modernité la plus agressivement novatrice, par exemple en choisissant ses thèmes de « paysages » dans Google Earth ou Google Street, ou encore dans des clichés photographiques pris à partir d'un TGV lancé à grande vitesse. A partir de ce matériel iconographique résolument contemporain, avec une technique à la cire d'abeille qui n'appartient qu'à lui, il peut se permettre de se poser des questions exclusivement picturales.

Au détour d'un entretien diffusé par Youtube, j'ai été frappé par la manière dont Philippe Cognée se réfère à Vermeer, particulièrement à La Ruelle dont il a une reproduction dans son atelier. Vous savez, cet extraordinaire petit tableau de 54 x 44 cm du Rijksmuseum d'Amsterdam, représentant des maisons de briques ordinaires du 17e siècle hollandais. Cela se passe au moment où l'artiste doit commenter une de ses oeuvres représentant une maison très banale vue dans un quartier populaire de Los Angeles. « Chez Vermeer, dit-il, on voit la lumière sur les briques ; il fait scintiller les choses... C'est ce que j'essaye de retrouver. » Il me semble que ce n'est pas par hasard que Philippe Cognée nous parle d'un tableau peint en 1657 dont André Malraux a dit qu'il était alors plus proche de Cézanne que de Pieter De Hooch : « c'est ce qui donne à La Ruelle, parmi tant de tableaux aux mêmes briques, son style incorruptible. » Eh oui, Vermeer ne s'occupait pas de la perspective, ou si peu, et ne s'intéressait qu'à la manière de bien rendre la lumière caressant d'humbles briques. Au XXIe siècle, Cognée peint à son tour des maisons ou des visages vus de face (car, pour les premières, ce sont des portraits de maison) sans se préoccuper de quelque message que ce soit, mais en s'attachant seulement à traduire l'effet de la lumière. Ce faisant, comme Vermeer et comme Cézanne, il fait simplement scintiller les choses... Exposition Figures envisagées au Radar Espace d'art actuel, 14400 Bayeux.
Présidente : Manuela Tetrel.
Commissaire : Philippe Piguet. Jusqu'au 18 septembre.

www.le-radar.fr
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
08-09-2016
 
logo visuelimage.com

Verso n°105

L'artiste du mois : Edith Longuet-Allerme

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com