logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Suite

18-02-2016

11-02-2016

04-02-2016

28-01-2016

21-01-2016

14-01-2016

07-01-2016

17-12-2015

10-12-2015

03-12-2015

 
[verso-hebdo]
18-02-2016
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Le cas d'Edgard Naccache
Il y a cinq ans déjà, je me réjouissais d'une exposition posthume de Naccache à Saint-Jean-de-Luz en regrettant son absence prolongée à Paris, sa ville. Or voici qu'aujourd'hui, enfin, son oeuvre redevient visible dans la capitale sous le signe de « l'amour, la liberté » (un beau diptyque de son ultime période) à la galerie Gare de Marlon, 19 rue de la Verrerie, jusqu'au 19 mars. J'en profite pour répéter, à l'intention du lectorat fortement renouvelé et augmenté de cette lettre entretemps, ce que j'écrivais en 2011.

Edgard Naccache, mort en 2006, n'était pas seulement un excellent peintre, sensible et imaginatif, il était aussi, à l'évidence, selon le jugement précis et documenté de Gérald Gassiot-Talabot en personne, un membre historique de la Figuration narrative. Dans un important texte publié dans le livre Depuis 45 à Bruxelles en 1970, le théoricien de la Figuration narrative revenait sur le passé récent : l'exposition fondatrice de 1965 en particulier (La Figuration narrative dans l'art contemporain), où il avait invité Edgard Naccache. Il situait ce dernier parmi les peintres de « l'impulsion graphique », avec notamment Foldès et Voss, c'est-à-dire parmi les principaux précurseurs du mouvement pictural appelé au brillant avenir que l'on sait. Dans mon livre consacré à la Figuration narrative (Cercle d'Art, 2005), je n'avais pas manqué de placer côte à côte des reproductions des Petits pois de Foldès (1965) et de la Marelle des métamorphoses de Naccache, un chef d'oeuvre de la même année qui avait passionné Gassiot-Talabot. Ce dernier y avait vu une pratique exemplaire de la « figuration évolutive » et de la « narration par juxtaposition » : évolutif en effet, Naccache l'était par les pistes qu'il dessinait entre les différents moments du jeu de marelle. Inventeur de la juxtaposition temporelle, il l'était encore par le recours au collage de coupures de journaux qu'il emploierait durant toute sa carrière.

Or si l'on demande le nom de Naccache à la banque d'images de la Réunion des Musées Nationaux, on se heurte à la mention : « désolé, anonymus. Aucun document ne correspond... » C'est simple : les musées nationaux ont « oublié » d'acquérir des oeuvres du peintre. De même, si l'on consulte le catalogue de l'exposition organisée par le Centre Pompidou au Grand Palais en 2008 sous le titre Figuration narrative, on n'y trouve pas davantage Naccache, écarté par le commissaire comme il avait été négligé de son vivant par les institutions. Cette injustice, cette suffisance des officiels ignorants qui ont le pouvoir de faire disparaître de l'histoire non seulement des créateurs de talent, mais encore des acteurs importants présents au tout début d'un mouvement essentiel de l'art moderne, cette injustice me révolte. Edgard Naccache était à la fois un créateur de grand talent et le précurseur d'un mouvement historique. Il faut décidément lui rendre justice.

C'est pourquoi on doit saluer l'initiative de la galerie Gare de Marlon. Serait-ce le début d'une véritable reconnaissance ? Il faut être prudent avant de répondre : Naccache avait eu une belle rétrospective au château-musée de Cagnes-sur-Mer en 1990. Gérald Gassiot-Talabot en avait naturellement rédigé la préface, dont voici les dernières lignes : « Quarante ans de création, présentés en un magistral survol, proposent les clés d'une vie en peinture, sans rupture, sans cassure. Tout découle d'une intuition originelle très forte, qui a tenu, jusque dans ses dépassements et ses transgressions. » Cela n'avait malheureusement pas été suffisant pour changer le cours des choses, c'est-à-dire le maintien dans une ombre relative d'un talent éclatant. Quand on regarde rétrospectivement le courant de la Nouvelle figuration en France du milieu des années 60 à nos jours (dont la Figuration narrative forme le noyau dur), on rencontre d'autres cas de peintres qui ont disparu sans avoir atteint le niveau de notoriété et de reconnaissance que méritait leur oeuvre. Justement, en ce moment même et jusqu'au 13 mars, Robert Bonaccorsi rend hommage à plusieurs d'entre eux dans son exposition Pour/Suivre à la Villa Tamaris de La-Seyne-sur-Mer. Il s'agit en particulier de Christian Babou, Jacques Poli, Emanuel Proweller et Michel Tyszblat. Tous des amis d'Edgard, qui comme lui ne perdirent jamais l'envie de peindre malgré l'indifférence des officiels. Gardons précieusement leur mémoire et, si possible, défendons-là.

www.edgard-naccache.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
18-02-2016
 
logo visuelimage.com

Verso n°102

L'artiste du mois :
Ernest Pignon-Ernest

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com