logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Suite

17-11-2016

10-11-2016

03-11-2016

27-10-2016

20-10-2016

13-10-2016

06-10-2016

29-09-2016

22-09-2016

15-09-2016

 
[verso-hebdo]
17-11-2016
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Jan Fabre, ou la transgression des limites
Le Musée d'Art Contemporain de Lyon présente une exposition de Jan Fabre, Stigmatia-Actions et performances 1976-2016 (jusqu'au 15 janvier 2017) qui ne peut laisser indifférent. En effet, s'il est vrai que « le paradigme contemporain est la transgression des limites » comme l'affirme Nathalie Heinich, alors le belge né à Anvers en 1958 apparaît comme un champion toutes catégories de l'art contemporain. Germano Celant, commissaire de l'exposition, rappelle que Jan Fabre n'est pas seulement un artiste plasticien : également auteur et homme de théâtre, « quel que soit le genre qu'il aborde, il en déplace systématiquement les frontières. » Dans la vaste salle du musée qui lui est réservée, on distingue d'abord des rangées de tables constituées par des plaques de verre posées sur des tréteaux ». La table, pour Fabre, est une sorte de scène, « un territoire, une frontière... La table sur laquelle je travaille chez moi, c'est celle que je me suis bricolée à 18 ans avec une plaque de verre et deux tréteaux de bois... Je me servais souvent de cette table comme d'un lit. Etant jeune, j'avais de sérieux problèmes nerveux et neurologiques : mon corps montait souvent en température et c'était agréable de pouvoir m'allonger sur du verre froid... Ainsi la table de travail est devenue un lit de purification... »

Sur ces lits sont disposés des outils, des photographies, des articles de presse, des « sculptures-costumes », des objets divers dits « modèles de pensées » et tout autour, sur les murs, des dessins, des photographies et des écrans rappelant les actions et performances sur quarante ans. Il y a 84 stations possibles. Comment choisir ? Le visiteur note la présence obsessionnelle de scarabées. C'est que l'artiste fait écho à son homonyme Jean-Henri Fabre (1823-1915) et collectionne comme lui ce coléoptère qui est pour lui le symbole, comme dans une vanité classique, « du lien entre la vie et la mort en tant que champ d'énergie positive, et non pas négative. La mort nous garde éveillés. » On s'explique ainsi que, invité par la reine Paola à créer une oeuvre pour le plafond de la salle des glaces du Palais Royal de Bruxelles, il ait produit Heaven of Delight : un ciel iridescent composé d'un million d'élytres de scarabées... Un film de 2004 évoque une performance mémorable qui eut lieu au Palais de Tokyo à Paris, interprétée par Jan Fabre et Marina Abramovic en armures, qui évoquèrent cinq heures durant la légende de Saint Georges. Il s'agissait pour les deux artistes, qui mettaient en jeu leur propres corps, de défendre « la vulnérabilité de la beauté et de l'art. »

Homme de théâtre, Jan Fabre est le créateur en 2015 de Mount Olympus. To Glorify the Cult of Tragedy, a 24-hour Performance. La pièce réunissait effectivement pendant 24 heures 27 acteurs et danseurs, garçons et filles nus dégoulinants de peinture. Ces performeurs devaient aller jusqu'aux limites de leurs forces ; ils exprimèrent en particulier le 5 juin 2015 à Berlin des débauches extrêmes autour de Dionysos, des scènes bestiales et orgiaques au son de musiques envoûtantes. Jan Fabre entend pousser au paroxysme les passions humaines. Pour certains, sa démarche est enthousiasmante, pour d'autres, il ne serait qu'un bouffon. Sa toute dernière action, créée à l'invitation du mac-Lyon n'a-t-elle pas pour titre Une tentative de ne pas battre le record du monde de l'heure établi par Eddy Merckx à Mexico en 1972 (ou comment rester un nain au pays des géants) ? On voit sur l'écran l'artiste habillé de noir pédaler assez poussivement sur un authentique vélodrome. Est-ce vraiment de l'art ? L'art contemporain est avant tout déceptif à l'égard des attentes communes quant à ce que devrait être une oeuvre d'art, enseigne aussi Nathalie Heinich. De ce point de vue, Jan Fabre est à l'évidence un très grand artiste contemporain.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
17-11-2016
 
logo visuelimage.com

Verso n°105

L'artiste du mois : Edith Longuet-Allerme

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com