avec le soutien éclat ou éclat
hotel de beaute
ID : 178
N°Verso : 120
L'artiste du mois : Philippe Compagnon
Titre : Les mises en scène strictes
de Compagnon
Auteur(s) : par Jean-Luc Chalumeau
Date : 18/03/2020



Les mises en scène strictes
de Compagnon
par Jean-Luc Chalumeau

L’ouvrage qui faisait autorité à la fin des années 80 en matière d’art abstrait était celui de Michel Ragon et Marcelin Pleynet intitulé tout simplement « L’art abstrait » (Maeght éditeur, 1988). Les deux critiques s’étaient partagé cet important champ d’études, et Marcelin Pleynet s’était réservé le cas de Philippe Compagnon. Ce dernier exposait alors galerie Bernard Jordan à Paris et venait de présenter son travail à La Haye (Galerie De Sluis) : des œuvres en trois dimensions dont Pleynet appréciait l’ordonnance formelle d’une rigoureuse disposition spatiale « qu’organisent et commandent l’équilibre et la disposition de la sculpture. » Philippe Compagnon était aussi peintre et dessinateur, comme aujourd’hui, et il importait à Pleynet de le situer avec autant de précision que possible. Cela lui paraissait aisé dans de nombreux cas parmi les contemporains de Compagnon : il suffisait au critique de repérer les influences qu’ils maitrisaient plus ou moins : celle de Giacometti pour Judith Bartolani ou celle de Picasso pour Vincent Barré par exemple. Mais pour Philippe Compagnon ce n’était pas évident du tout : il ne revendiquait aucune filiation et n’en laissait apparaître aucune, en effet. Marcelin Pleynet résolut donc le « cas Compagnon » par une phrase qui me semble d’une certaine pertinence en ce qui concerne l’ensemble de son œuvre, peinture comme sculpture. Je la cite : « Philippe Compagnon serait partagé entre le néo-formalisme américain et la mise en scène stricte, propre à certains post-minimalistes. » Pour ma part, je laisse de côté les post-minimalistes et je ne retiens que les mises en scène strictes de Compagnon : elles n’appartiennent qu’à lui.

J.-L. C.

Philippe Compagnon est représenté par la galerie Françoise Livinec

Expositions personnelles récentes :

2019 : Philippe Compagnon/Jean-François Dubreuil (duo), Atelier de la rue du soleil, Fraïssé des Corbières.
2017 : Philippe Compagnon/Jacques de Longeville (duo), Marie-Victoire Poliakoff, Galerie Pixi, Paris
2016/17 : Philippe Compagnon/Jean-François Dubreuil (duo), Galerie Brigitte Ruffin, Espace 83, La Rochelle.
2014 : Pourquoi pas de foudre ? Marie-Fleur Lefebvre/Philippe Compagnon (duo), Le Pavillon, Pantin
2012 : Galerie Bernard Jordan, Paris.
2010 : Compagnon/Hasper (duo), Galerie Bernard Jordan, Paris. Photographies, Galerie Carré Bodoni, Cluny.
2008 : Philippe Compagnon, Collégiale Sainte-Croix, Loudun.
2007 : Galerie Bernard Jordan, Paris.
2006 : Trois murs et quelques tableaux, Ecole d’Art Gérard Jacot, Belfort.
2005 : Philippe Compagnon, Espace d’Art Contemporain, La Rochelle.
2004 : Philippe Compagnon, La Halle, Villefranche-de-Rouergue.
2001 : Abstractions faites, Musée du Donjon, Niort. Galerie Bernard Jordan, Paris. Galerie Pixi, Paris.
1998 : Galerie Bernard Jordan, Paris.
1995 : Galerie B. Jordan M. Devarrieux, Paris.
1992 : Galerie M&M, Cannes.
1991 : Galerie Bernard Jordan, Paris.
1990 : Condeso-Lawler Gallery, New-York.

 



 
 
visuelimage