avec le soutien éclat ou éclat
hotel de beaute
ID : 195
N°Verso : 130
L'artiste du mois :
Hélène Muheim

Titre : Une certaine impression
Auteur(s) : par Jean-Luc Chalumeau
Date : 26/09/2022



Url : www.valeriedelaunay.com
Hélène Muheim est représentée
par la galerie Valérie Delaunay.

Une certaine impression
par Jean-Luc Chalumeau

On entre dans la galerie, et l’on est saisi. Sur les cimaises s’alignent, par ensembles de deux, trois ou quatre, toujours sur exactement la même ligne, d’extraordinaires dessins. On discerne d’abord des montagnes. Path 1 par exemple, réalisé en 2022, présente en effet de hauts sommets avec aiguilles de pierre et glaciers. Ils semblent se refléter dans une étendue d’eau. Mais ce n’est pas cela : pour le regardeur fasciné et un peu perdu, ce sont des arbres et des racines en hiver qui sortent à la base de ces masses telluriques et tendent à les envahir. C’est exécuté avec d’infinies précisions au moyen d’ombres à paupières, d’encres et de poudre de graphite sur papier (70 x 200 cm). Ces œuvres mystérieuses apparaissent au premier regard comme des figures privilégiées sur un fond ordinaire dont elles se séparent. Chaque œuvre refuse de se laisser intégrer au monde quotidien. Elle exige que nous reconnaissions son autonomie : notre perception doit instituer pour elle un fond qui lui soit propre. Ces dessins appartiennent exactement au monde de l’art : ils irréalisent le réel en l’esthétisant.

Pas besoin de savoir qu’Hélène Muheim est effectivement née dans les Alpes et d’être informé des péripéties de sa vie. A travers les remous de l’histoire générale, son art semble bien être au principe d’une histoire qui lui est propre. A sa manière, il est le chant de cette histoire, il n’en est pas l’illustration. Il ne signifie pas à la manière d’un livre : il ne s’adresse ni à la volonté pour l’avertir, ni à l’intelligence pour l’instruire, il ne montre que lui-même. S’il y a du « réel » en lui (ces montagnes dont Hélène Muheim s’inspire), c’est pour se mesurer à lui et le refaire. En signifiant, ces œuvres ne sont pas au service du monde, elles sont à l’origine du monde de l’artiste. Ce qui veut dire que si nous voulons nommer ce monde, nous ne pouvons que nommer sa créatrice et donc désigner une façon singulière de traiter un sujet, de faire servir le sensible à la représentation : bref un style. Il y a bien ici un monde, le monde d’Hélène Muheim, qui est exprimé et non représenté.

Les dessins d’Hélène Muheim, au niveau même de la représentation, se refusent à l’imitation et constituent une création originale par le souci qu’ils ont d’être expressifs : ici, c’est le monde exprimé qui aimante le monde représenté. Les œuvres d’art véritables, même si elles déconcertent parfois l’entendement (« quoi ! des arbres envahissant le pied d’une montagne ? ») portent en elles le principe de leur unité, une unité qui est à la fois l’unité perçue de l’apparence lorsque l’apparence est rigoureusement composée (c’est le cas) et l’unité sentie d’un monde représenté par l’apparence, ou plutôt émané d’elle, de sorte que le représenté signifie lui-même cette totalité et se convertit en monde. La phénoménologie selon Merleau-Ponty qualifierait les dessins d’Hélène Muheim d’objets esthétiques et noterait qu’ils expriment avec force et précision le monde de l’artiste et qu’ils lui donnent à la fois volume et unité. Ce principe d’unité vient donc à l’objet esthétique de ce qu’il est capable d’expression. C’est à dire de ce qu’il signifie non seulement en représentant mais, à travers ce qu’il représente, en produisant sur qui le perçoit (par exemple moi entrant dans la galerie), une certaine impression, en manifestant une certaine qualité que les mots ne peuvent traduire, mais qui se communique en éveillant ce qu’il faut appeler un sentiment. Rarissimes sont les artistes produisant des objets esthétiques de cette sorte.

Biographie
Hélène Muheim, née en 1964,vit et travaille à Montreuil. Franco-Suisse, elle passe son enfance entre les montagnes et le Lubéron, à l’Abbaye de Sénanque, monastère cistercien et pôle culturel où des artistes plasticiens, des musiciens, des sociologues ou encore des théologiens ont croisé son chemin et probablement influencé son parcours. Rapidement, après les Beaux Arts, elle expose ses peintures, conçoit des installations in-situ, et simultanément, fascinée par les nouveaux médias, elle crée vosdessins.org, un espace pour ne rien faire, terrain d’expérimentations graphiques et poétiques.

Hélène Muheim est représentée par la galerie Valérie Delaunay
www.valeriedelaunay.com

 



 
 
visuelimage