logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

25-11-2021

18-11-2021

11-11-2021

04-11-2021

28-10-2021

21-10-2021

14-10-2021

07-10-2021

30-09-2021

23-09-2021

 
[verso-hebdo]
07-10-2021
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Antonio Segui, les lumières de la nuit
La galerie Sonia Zannettacci de Genève présente, jusqu'au 30 janvier 2022, une exposition d'Antonio Segui sur le thème des « lumières de la nuit », et c'est un plaisir d'y retrouver le célèbre senor Gustavo, sans doute incarnation du petit bourgeois argentin, mais surtout inépuisable prétexte à peindre. Antonio Segui a quitté Cordoba, sa ville natale, en 1963 pour venir à Paris. Il a trouvé un atelier à Arcueil. Il y travaille toujours à 87 ans, fidèle à son inimitable manière de peindre qui l'avait tout de suite rapproché de la Nouvelle figuration. Dès les premiers temps, il avait généreusement offert l'hospitalité à de jeunes artistes comme Vladimir Velickovic, qui allait arriver de Belgrade en 1966. Velickovic ne tarda pas à dénicher à son tour un grand atelier à Arcueil. Les deux peintres amis sont ainsi restés voisins une cinquantaine d'années, et puis Vlada a disparu peu avant l'ouverture de sa rétrospective au Fonds Leclerc pour la culture inaugurée en décembre 2019. Segui était là évidemment, avec d'autres peintres de la Nouvelle figuration (Fromanger, Klasen...) qui voyaient avec tristesse leurs rangs s'éclaircir. Mais les peintres sont ainsi faits : ils travaillent tant qu'ils vivent, et avec plaisir. On peut voir une vingtaine de tableaux chez Sonia Zannettacci, et une sculpture. Quelques pièces sont anciennes, mais la plupart très récentes : Encuentros Inesperados (2021), Escapando a la Rutina (2021), General con Condecoraciones (2020) etc... Des centaines de Gustavo parcourent l'espace dans tous les sens, un espace intensément lumineux (mais cette lumière n'est pas celle du jour, ni celle de la nuit dans Con Calor : c'est une lumière picturale, il n'y a jamais d'ombre portée chez Segui).

Mais pourquoi cette énergie, pourquoi cette persistance à peindre ces figures depuis des décennies ? Antonio Segui a répondu une fois pour toutes : « Pour moi la peinture est une méthode de connaissance et, surtout, l'occasion quotidienne d'éprouver le plaisir de faire. Je ne peins que pour le plaisir : le fait que l'on reconnaisse dans un tableau de moi une pomme ou un crâne change très peu de choses. Si je peins, c'est vraiment pour le plaisir de peindre et rien d'autre. » Dans les années 60-70, les abstractions dominaient la scène artistique à Paris comme à New York : expressionniste, lyrique ou géométrique, il n'y avait partout que de l'abstraction. « J'ai tout de suite su en m'installant que le prix de ma liberté serait élevé. Mais heureusement je n'ai jamais cherché à faire carrière : je répète qu'il me suffit de pouvoir faire de la peinture pour le plaisir. Le reste n'a pas d'importance. Je suis resté assez solitaire : j'ai très peu d'amis artistes, je rencontre plus volontiers des poètes et des écrivains. » Ces gens de lettre que Segui fréquente volontiers ont vite compris qu'il fallait aller au-delà des déclarations du peintre. En fait, il ne peint pas pour l'unique plaisir de peindre. Il y a autre chose, que nous sommes invités à déceler, et qu'il a fini par admettre dans une phrase qui est reproduite dans le catalogue de cette dernière exposition : « J'assume pleinement une attitude critique et même peut-être morale. Naturellement, j'aime fouiller à l'intérieur de l'individu, comprendre ses conflits, mettre à jour ses joies. » Segui n'a jamais été un simple explorateur de ses propres fantasmes. A travers sa peinture, il cherche l'Homme, comme son ami Velickovic et autrement, comme tous les grands peintres depuis toujours.

www.zannettacci.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
07-10-2021
 
logo visuelimage.com

Verso n°126

L'artiste du mois :
Jean-Pierre Cornet

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com