logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

16-05-2024

09-05-2024

02-05-2024

25-04-2024

18-04-2024

11-04-2024

04-04-2024

28-03-2024

21-03-2024

14-03-2024

 
[verso-hebdo]
25-04-2024
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Les Tiepolo, invention et virtuosité à Venise
Il s'agit de l'exposition en cours au Cabinet des dessins et des estampes Jean Bonna aux Beaux-Arts de Paris (jusqu'au 30 juin). Dans un espace étroit, le cabinet utilise au mieux la formidable richesse de ses collections pour proposer des expositions de grande qualité. Ce fut jusqu'ici sous l'autorité d'Emmanuelle Brugerolles, remplacée aujourd'hui, après sa retraite, par Hélène Gasnault qui porte également le titre de conservatrice des dessins. Elle a réuni 44 oeuvres de premier ordre des collections des Beaux-Arts de Paris : des dessins et estampes de Giovanni Battista Tiepolo et de ses fils Giovannii Domenico Tiepolo et Lorenzo associés à quelques artistes vénitiens (Canaletto, Guardi...) et, des Tiepolo, quelques emprunts qui font toute la saveur de la proposition.

Impossible de rendre compte de toute la diversité de cette exposition foisonnante : on se contentera d'aller chercher dans la partie « De purs exercices graphiques » des exemples de découvertes offertes au visiteur attentif. Par exemple, l'usage privilégié que Giovanni Battista fit du thème de Polichinelle, découvert vers le milieu des années 1720 dans le carnaval de Vérone. L'artiste s'est spécialement attaché à la fête qui avait lieu le dernier vendredi avant Carême : le venerdi gnoccolare. Selon la tradition les enfants du quartier populaire de San Zeno, déguisés avec des costumes en tissu blanc cousus de rubans de soie rouge et portant des chapeaux pointus, venaient chanter sous les fenêtres du podesta (le maire de la ville) pour l'inviter à venir partager, place San Zeno, un plat de gnocchi et un verre de vin. La dégustation pouvait durer toute la nuit. En s'emparant du thème, Giambattista transforma les enfants en polichinelles nains. Le dessin des Beaux-Arts en décrit douze. Ils sont autour du pot où sont en train de cuire les pâtes.

Les dessins de Polichinelles étaient conçus par Giambattista Tiepolo comme des oeuvres autonomes car elles avaient du succès auprès des collectionneurs dès leur apparition : celui des Beaux-Arts date de 1735, et Giambattista en dessinait encore vers 1760. On cite souvent les propos du comte Francesco Algarotti se vantant de posséder « les plus beaux Polichinelles du monde de la main de notre célèbre Tiepoletto ». La commissaire a fait venir le dessin de l'Art Institute de Chicago, « Les Polichinelles préparant des Gnocchis » dont l'usage d'une plume fine et de deux tons de lavis correspondent à la manière du maître pour le dessin des Beaux-Arts qui est donc de la même époque. Telle est la découverte que l'on peut faire aux Beaux-Arts même si l'on se croit bon connaisseur de Tiepolo...
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
25-04-2024
 
logo visuelimage.com

Verso n°136

L'artiste du mois : Marko Velk

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com