logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Suite

05-10-2017

28-09-2017

21-09-2017

14-09-2017

07-09-2017

31-08-2017

29-06-2017

22-06-2017

15-06-2017

08-06-2017

 
[verso-hebdo]
14-09-2017
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Les estampes d'Ivan Messac
Le galeriste Michel Dubois, qui fut un imprimeur spécialisé dans la sérigraphie, accueillera dans sa galerie (Le Garage, 9 rue de Bourgogne, Orléans) du 22 septembre au 15 octobre les estampes d'Ivan Messac : sérigraphies, linogravures, eaux fortes etc... couvrant toute la vie créative de l'artiste de 1969 à nos jours. L'autorité, l'humour sarcastiques et le talent graphique de Messac s'étaient imposés dès 1972. Je me souviens de sa participation au 23e Salon de la Jeune Peinture, en octobre 1972. Il présentait des peintures et des sérigraphies de la série Minorité absolue sur le thème des indiens. Il travaillait d'après des photographies, avec de subtiles interventions sur la nature et la place de la couleur. Messac réfléchissait beaucoup sur le rôle de la couleur dans les sociétés humaines, où le code de la route associe le bleu à « autorisé » et le rouge à « interdit » (« Etrange coïncidence qui veut que les rouges soient à gauche dans un milieu où le rouge est l'interdit ») ; quant aux indiens (« un bon Indien est un Indien mort » disait-on aux Etats-Unis vers 1870), maintenant simples survivants parqués dans des réserves, mythifiés et auxquels l'on consacre des musées, ne représentent-ils pas assez bien la situation de l'artiste dans notre civilisation industrielle ?

Gilbert Lascault remarquait alors qu'Ivan Messac a construit un champ « pour montrer la complexité des problèmes politiques et de la couleur et les interrogations hétérogènes qu'elle suscite ». Le critique notait aussi qu'une locomotive, emblématique du triomphe de la technologie occidentale, traverse le corps de Géronimo : elle va pouvoir pénétrer et détruire le territoire indien. Parfois, concluait Lascault, « Messac se contente de juxtaposer les chevaux et la voiture, le geste de la tisseuse et l'énorme machine moderne : à chacun de retrouver en lui-même le conflit du sauvage et du technocratique ; à chacun de ne pas concilier ses oppositions internes en un confort qui ne favorise que l'ordre établi ».

Après les Indiens, viendront par exemple les Enfants polychromes (présents à l'exposition), et j'observerai que cette série de sept sérigraphies dressait un nouvel inventaire des moyens spécifiques du peintre pour donner sens à une unique image originelle représentant un groupe d'enfants alignés sur leurs pots dans une école maternelle (une circulaire ministérielle venait de préciser fort sérieusement que les enfants iraient sur le pot chaque matin à onze heures précises). Un spectre de sept couleurs se déployait sur la série. Chaque feuille présentait le groupe d'enfants d'une couleur différente, les autres intervenant comme un repère que côtoyait le contrepoint noir d'une image subsidiaire (mais jamais indifférente : un troupeau de moutons par exemple). Le système pictural déployé par Messac au long de cette série était fait de franchise ; la violence et l'ironie, tour à tour s'installaient pour faire place à la clarté du sens. Et par la suite ? Ce fut la même chose, avec une brillante capacité de renouvellement qu'il faudra aller découvrir au Garage.

www.ivanmessac.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
14-09-2017
 
logo visuelimage.com

Verso n°106

L'artiste du mois : Christian Renonciat

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com