logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Suite

22-03-2018

15-03-2018

22-02-2018

15-02-2018

08-02-2018

01-02-2018

25-01-2018

18-01-2018

11-01-2018

14-12-2017

 
[verso-hebdo]
22-03-2018
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
JonOne, du graffitisme à la peinture abstraite
« Birth of the Wind » est le titre de la nouvelle exposition de JonOne, présentée par la galerie Brugier-Rigail (40 rue Volta 75003, jusqu'au 21 avril). Elle manifeste la maîtrise de John Andrew Pereno, dit JonOne, né en 1963 à New York dans le quartier de Harlem. Trois ans plus tôt, Jean-Michel Basquiat était né à Brooklin. Tous deux ont été des enfants de la rue ; tous deux ont commencé le graffiti dans les rues de Manhattan et sur les trains quand ils avaient 17 ans. Jon avait un copain graffeur, A-One, qui était proche de Jean-Michel dont la réussite fulgurante fascinait son cadet. Basquiat a eu juste le temps de s'accomplir comme pur peintre dans sa courte vie. JonOne est devenu peintre à son tour, sans avoir fréquenté la moindre école d'art, après avoir tagué son premier pseudonyme, Jon156 (c'était le numéro de sa rue) sur les rames de la ligne A du métro new yorkais. Ses lettrages et signatures à l'aérosol n'étaient sans doute pas loin des explosions chromatiques venues un peu plus tard d'un Pariz One (www.ilovegraffiti.de/parizone), mais apparaissaient peut-être aussi de la même famille que les calligraphies claires sur fonds sombres à venir d'un Suso33 (www.suso33.com).

Toujours est-il que Jon 156 est devenu JonOne en 1984, et que, invité par l'artiste franco-américain Bando (blaze de Philippe Lehman), il est arrivé à Paris en 1987, est tombé amoureux de la ville et ne l'a plus quittée. Devenu parisien, il n'en a pas moins été désigné en 2012 par Le Nouvel Observateur comme « la figure historique du graffiti américain ». Il l'est incontestablement, mais il est aussi devenu un artiste universel, qui inaugurait le 21 janvier 2015, dans la salle des Mariannes de l'Assemblée nationale, sa toile Liberté, Egalité, Fraternité, inspirée de La liberté guidant le peuple par Eugène Delacroix. Le titre de son tableau reprend, dit-il, « les trois droits fondamentaux pour lesquels chaque homme doit se battre ». Cette incursion dans l'art figuratif ne doit évidemment pas faire oublier que l'ancien graffitiste est venu spontanément à l'expressionnisme abstrait selon des modalités quasi miraculeuses. Parfaitement autodidacte, il n'a pas subi d'influences.

On peut seulement le placer dans la filiation de Jackson Pollock. Bien que commençant toujours par travailler ses tableaux à la verticale avec des pinceaux traditionnels, ce qui lui permet éventuellement de jouer, non sans habileté, avec les coulures suscitées par l'emploi d'encres de couleurs acryliques diluées, il place volontiers ensuite la toile sur le sol, et la complète par des interventions « splashing » très pollockiennes. Devant l'espace vierge offert par le papier Hanji coréen préalablement marouflé sur toile pour donner plus de texture à sa peinture, il n'a pas d'idées préconçues, pas de message particulier à transmettre. « La peinture m'ouvre à moi-même, a-t-il dit, elle me permet d'entrer en communication avec ce que je suis. » Et nous là-dedans ? Il nous reste à savourer l'extraordinaire qualité picturale de ces tableaux, qui tient à la vérité qu'ils contiennent, sans laquelle il n'y a pas de réussite esthétique.

www.galerie-brugier-rigail.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
22-03-2018
 
logo visuelimage.com

Verso n°111

L'artiste du mois : François Lelièvre

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com