logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Suite

07-02-2019

31-01-2019

24-01-2019

17-01-2019

10-01-2019

03-01-2019

13-12-2018

06-12-2018

29-11-2018

22-11-2018

 
[verso-hebdo]
03-01-2019
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
La liturgie de l'absence
selon Eugène Delacroix
L'exposition s'est terminée le 3 décembre au musée Delacroix : Une lutte moderne de Delacroix à nos jours était censée rendre compte des récents travaux de restauration des fresques de Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges de l'église Saint Sulpice à Paris. En fait, il s'est passé beaucoup plus que cela, qui est contenu dans le catalogue, lequel est toujours en vente (Louvre éditions/Le Passage, 28 euros), où l'on peut lire un remarquable essai de Stéphane Guégan sous le beau titre Liturgie de l'absence. Un essai qui éclaire superbement la relation au sacré du fils du conventionnel régicide Charles Delacroix. Républicain hostile aux Bourbons, Eugène Delacroix se tint à l'écart des innombrables commandes du trône restauré pour la décoration des autels (et sous la 2e République, ce n'est pas l'Eglise qui lui a commandé les trois fresques de Saint Sulpice, mais le ministère de l'intérieur). Cependant, à 96 reprises, le chef de file de la peinture romantique exécuta des tableaux religieux : une seule Annonciation et toujours des Crucifixions, des Piétas, des Mises au tombeau et des Christs au Jardin des Oliviers.

Stéphane Guégan raconte que Delacroix avait peint de sa propre initiative, et présenté au Salon de 1835, un Christ sur la Croix. L'oeuvre fut achetée par Louis-Philippe qui l'envoya au diocèse de Vannes, mais l'évêque n'apprécia pas du tout ce qu'il considérait comme des indécences : « des contorsions du larron aux appas trop visibles de la Madeleine ». Le tableau fut donc relégué dans un coin obscur où il se détériora, jusqu'à ce que Delacroix se plaigne auprès du gouvernement du Second Empire : « ... il m'a été suggéré que la place défavorable désignée à mon tableau avait pu avoir pour raison une figure de Madeleine qui n'aurait pas paru au clergé suffisamment drapée... » Dans d'autres cas, le peintre ne fut pas jugé indécent, mais trop pathétique. Ainsi, pour la Pietà de 1843 qui lui avait été commandée par la Préfecture de la Seine pour l'église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement, il accentua le caractère douloureux de la Lamentation mariale : « Delacroix concentre l'action, déploie son lamento au lieu d'exalter la sage résignation » écrit Stéphane Guégan. Une certaine presse se déchaîna aussitôt contre ces « figures repoussantes ».

Delacroix se méfiait de l'auteur des Fleurs du Mal et ne fut pas son ami. C'est cependant Baudelaire qui parut le mieux le comprendre, mais Stéphane Guégan demande que l'on prenne garde à l'utilisation parfois abusive d'une phrase connue du poète en 1846 : « la tristesse sérieuse de son talent convient parfaitement à notre religion, religion profondément triste, religion de la douleur universelle... » De même, l'essayiste se méfie d'une certaine bien-pensance qui s'est emparée d'un passage du Journal (12 octobre 1862) : « Dieu est en nous : c'est cette présence intérieure qui nous fait admirer le beau... C'est lui sans doute qui fait l'inspiration dans les hommes de génie... ». La belle étude de Stéphane Guégan fait comprendre que, en vérité pour Delacroix, c'est le génie qui manifeste le divin et non l'inverse. Il conclut en rapprochant la pensée du peintre de celle de Benjamin Constant, et voit en eux des hommes du XVIIIe siècle pour qui « la recherche de Dieu n'est plus, réconfort pascalien, le signe même de son existence, mais la preuve d'une perfectibilité tout intérieure. » Une réflexion passionnante qui va fort au-delà d'un simple compte-rendu de restauration.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
03-01-2019
 
logo visuelimage.com

Verso n°117

L'artiste de l'été : Gabrielle Thierry

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com