avec le soutien éclat ou éclat
hotel de beaute
ID : 156
N°Verso : 106
L'artiste du mois : Christian Renonciat
Titre : Christian Renonciat à Houston
Auteur(s) : par Jean-Luc Chalumeau
Date : 07/12/2017



Url : www.christianrenonciat.com

Christian Renonciat à Houston
par Jean-Luc Chalumeau

Christian Renonciat est un habitué de la galerie Gremillon & Co Fine Art de Houston où il vient de présenter une importante série qui a connu un grand succès. Nous donnons l’essentiel de cette série qui rejoint tous les fondamentaux de Renonciat. Je rappelle ces derniers dans un texte déjà proposé par Verso en 2014, et que ne connaissent sans doute pas les très nombreux nouveaux abonnés à notre revue.

Il est toujours intéressant, parfois révélateur, de surprendre un artiste plasticien en train de travailler dans son atelier. Cela est arrivé la dernière fois que j’ai visité Christian Renonciat. Une gouge entre les mains, il détachait méthodiquement des copeaux d’un épais panneau de bois d’ayous. Or il ne regardait que le panneau et rien d’autre alentour : quand il crée, Renonciat n’a pas de modèle à observer, encore moins de dessin préparatoire auquel se référer. Il ne se situe pas dans l’ordre de la représentation, mais plutôt d’une présentation. « Je ne représente pas une figure pour l’esprit, écrit-il, mais une matière, une consistance, une surface, un grain, et je les présente au corps et à ses sens, directement, sans médiation. En quelque sorte je ne dois pas interpréter cette présentation, mais la figurer telle qu’elle est… » J’étais d’emblée au cœur de la démarche de Christian Renonciat, en laquelle exécution et création sont exactement confondues.

Lorsque ce sculpteur hors du commun « exécute » une pièce, doit-on se demander ce qui préexiste à cette dernière ? Un objet esthétique était-il oui ou non dans son imagination avant de s’épanouir dans le monde sensible ? La question est d’importance, me semble-t-il, et heureusement l’artiste a donné une précision là-dessus : « Pas de médiation ? Si, bien sûr : le bois est ce medium, ce médiateur qui établit le contact, charnel, de la figure et du corps, le bois est un joker, un atout car le corps s’y reconnaît, s’y connecte, s’y fond, s’y reflète ; en un mot, il s’y ressent. » Nous pouvons comprendre que cet artiste, comme tout créateur authentique, ne voit pas, il sent. Sans doute aussi, il ressent, et s’il laisse place au corps pour ressentir, c’est d’une manière spécifique qui ne passe pas par le langage.

 

1 2 3 4 5 6 7 suite

 
 
visuelimage