avec le soutien éclat ou éclat
hotel de beaute
ID : 156
N°Verso : 106
L'artiste du mois : Christian Renonciat
Titre : Christian Renonciat à Houston
Auteur(s) : par Jean-Luc Chalumeau
Date : 07/12/2017



Url : www.christianrenonciat.com

Christian Renonciat à Houston
par Jean-Luc Chalumeau

Une certitude l’habitait, quand il s’attaquait par exemple à ce Carton étendu, écorché, une pièce récente de 175 x 200 cm, accrochée derrière lui dans l’atelier : il s’engageait sur un chemin jalonné par ses œuvres précédentes, il savait qu’il répondait à un appel. Quelque chose voulait être, à quoi il avait pensé en termes de métier, évidemment intraduisibles pour le profane, autant en raison de leur référence à des données techniques que par leur lien avec des éléments personnels. Car c’est bien avec lui-même (avec son propre corps précise-t-il) que l’artiste dialoguait. L’œuvre à faire, même s’il n’en connaissait pas d’avance tous les contours, était une exigence. Mais seulement une exigence : rien que Renonciat ait pu voir avant de commencer l’exécution-création (au moins depuis une vingtaine d’années car il est arrivé jadis que l’artiste prenne appui sur un objet réel).

J’imagine volontiers qu’avant de donner le premier coup de ciseau, l’artiste s’est mis en état de grâce, car l’exigence qui le sollicitait était l’expression d’une certaine logique intérieure. Logique du développement technique à venir, logique de sa recherche plastique s’étalant sur plusieurs décennies et, peut-être aussi, logique de sa maturation spirituelle. Tout cela se confondait en lui. Si bien que, devant le résultat, le spectateur admiratif éprouve maintenant une réalité de l’art : l’artiste, plus profondément que tout homme, se fait en faisant, et il fait parce qu’il se fait.

Renonciat n’a pas de projet pré-établi, c’est entendu, mais cela ne veut nullement dire qu’il s’abandonne, par exemple, aux forces de l’inconscient. Car l’inconscient n’est pas créateur, et l’artiste qui crée sait parfaitement qu’il crée. Dans le cas de Christian Renonciat, nous avons affaire à un homme qui rassemble méthodiquement les instruments de la création, aussi bien matériels qu’intellectuels. Mais quand il s’attaque à un nouveau bloc de bois, par une admirable ruse de la raison esthétique, voici que tout se passe comme si c’était l’art qui se produisait en lui. Renonciat est vraiment un corps qui, littéralement, s’est contenté d’être un bon instrument pour que la force qui l’habite suscite son invention. L’exigence dont je parlais était bien en lui, mais elle ne procédait pas de lui. Christian Renonciat, technicien d’une virtuosité exceptionnelle, a entendu un appel qui a déclenché l’élaboration de l’œuvre, et il n’est pas du tout sûr qu’il sache d’où venait cet appel.

 

précédent 1 2 3 4 5 6 7 suite

 
 
visuelimage