logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 Suite

08-04-2010

01-04-2010

25-03-2010

18-03-2010

11-03-2010

04-03-2010

25-02-2010

18-02-2010

11-02-2010

04-02-2010

 
[verso-hebdo]
08-04-2010
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Kriki : un nostalgique de la peinture
En 1763, le peintre François-Hubert Drouais exécute un somptueux portrait à l’huile de Madame de Pompadour à son métier de tapisserie qui se trouve aujourd’hui à la National Gallery de Londres. En 2010 l’artiste Kriki propose sa version personnelle du tableau. Le petit chien noir de la marquise est devenu le Fuzz, bien entendu (le personnage à la fois robot et fétiche polymorphe partout présent dans l’œuvre de l’ancien Punk), et le visage de l’amie de Louis XV a muté en masque Songyé. Le culot de Kriki est sans limites et cela se voit dans ce « polychromo » parmi d’autres exposés à la Galerie Riff Art Projects jusqu’au 25 avril (48 rue Chapon 75003 Paris). Les polychromos sont des travaux préparatoires à de grands tableaux, fort aboutis, en couleurs, qui témoignent du goût de Kriki pour la peinture du XVIIIe siècle français.
C’est depuis 2004 que Kriki s’est attaché avec une verve réjouissante à ce thème du XVIIIe, en décapitant souvent des têtes jugées gênantes pour leur substituer celle du Fuzz. Déjà, à ce moment, on voyait dans son atelier du boulevard de Sébastopol une Pompadour sous les traits poudrés d’un Fuzz en robe d’apparat (celle décrite en 1755 par Quentin de La Tour dans le plus beau pastel de toute l’histoire de cette technique), à côté d’un « Enlèvement d’Europe » qui subissait des transformations fuzziennes du même type. Kriki n’a jamais cessé de modifier l’apparence des créatures qu’il prélève dans l’histoire de la peinture.

On pourrait ainsi baptiser l’œuvre de ce lecteur qui va sans complexe de Pif Gadget aux textes d’Ovide : les Métamorfuzz. Adolescent, Kriki avait recopié, en marge d’un carnet de dessins, cette phrase extraite de L’Origine des Espèces de Darwin : « La morphologie constitue une des parties les plus intéressantes de l’histoire naturelle, dont elle peut être considérée comme l’âme. » En marge de ces quelques mots, étaient griffonnées des esquisses de Docteur Smile, d’Ange Nucléaire ou encore de Point G, personnages qui accompagneront tout autant le Fuzz que son maître dans leurs mutations morphologiques incessantes jusqu’à aujourd’hui.
Kriki est un cas : on l’a parfois pris pour un démolisseur de « l’art », mais il n’est jamais là ou l’on croit devoir l’attendre, tant il ose répondre avec une désarmante simplicité à une irrésistible et sincère nostalgie de la peinture, par exemple celle que pratiquaient Boucher, Fragonard, Quentin de La Tour et Drouais en leur temps. La voici toute ragaillardie grâce à lui : contemporaine en somme.
J.-L. C.
jl.chalumeau@usa.net
08-04-2010
 
logo visuelimage.com

Verso n°128

L'artiste du mois :
Ivan Messac

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com