logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 Suite

17-06-2010

10-06-2010

03-06-2010

27-05-2010

20-05-2010

13-05-2010

06-05-2010

29-04-2010

22-04-2010

15-04-2010

 
[verso-hebdo]
17-06-2010
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Buren avant Buren
Quand on entre dans la galerie Kamel Mennour, on voit d’abord devant soi deux grandes compositions très élégantes, très décoratives, exécutées en 1964 par le jeune Daniel Meyer de Buren. La première, datée avril-mai (acrylique, papiers collés colorés et mine de plomb sur toile de lin, 187, 9 x 188, 8 cm), prouve que son auteur a fort bien regardé non seulement les maîtres de l’Ecole de Paris, mais aussi les expressionnistes abstraits américains ; il en propose une synthèse personnelle d’une force évidente. La seconde, de mai-décembre (acrylique et papiers collés sur toile – réentoilée - , 240,2 x 170, 2 cm) n’est pas presque carrée comme la précédente, mais joue de sa verticalité pour agencer lignes et formes avec beaucoup d’autorité : l’artiste n’est visiblement pas du genre hésitant alors même que l’œuvre a été longuement mûrie et élaborée ; il s’oppose avec éclat au pseudo-style de Georges Mathieu, alors au sommet de sa gloire avec des tableaux bâclés en quelques minutes.

Et voici qu’en tournant la tête vers la gauche, on découvre avec émotion l’apparition, sinon des bandes, du moins des « rayures » dans l’œuvre du premier Buren. Nous sommes en février-mai 1965 : une peinture émail sur toile fait apparaître, derrière une grande forme blanche, des premières rayures maigres (beaucoup moins de 8,7 cm de largeur) de différentes couleurs légèrement acidulées. Les « vraies » bandes buréniennes vont apparaître progressivement jusqu’en 1967, date à laquelle l’artiste aura achevé de penser sa démarche, qu’il appliquera par la suite avec une absolue rigueur. Cette année 1967 est celle du scandale suscité par Buren autour de l’exposition Quand les attitudes deviennent formes organisée par Harald Szeemann à Berne : non invité, il colle son papier rayé sur le musée et la voie publique, se fait coffrer par la police suisse, est rendu à la France sur intervention de Malraux et devient célèbre…

Ce qui est passionnant dans l’exposition de la galerie Kamel Mennour, c’est qu’elle propose, en contrepoint des peintures de Buren des années 1964-1966, des œuvres de Giacometti des mêmes années. On comprend comment le premier a mis en place un système qui fera de lui un artiste typiquement « contemporain », dont l’ « outil visuel » sera l’enjeu de débats passionnés puisque, après tout, il s’agissait très précisément de détruire la peinture et de contester radicalement les musées. On comprend de même comment, exactement au même moment, la quête pathétique par Giacometti de la vérité au-delà de l’apparence de la figure fit de lui un des plus grands de nos artistes modernes. Un moderne, pas un « contemporain ». Vous n’aviez pas bien saisi la différence entre moderne et contemporain ? Courez donc au 47 rue Saint-André-des-Arts 75006. Vous n’avez que jusqu’au 26 juin.
J.-L. C.
jl.chalumeau@usa.net
17-06-2010
 
logo visuelimage.com

Verso n°130

L'artiste du mois :
Hélène Muheim

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com