logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 Suite

26-01-2012

19-01-2012

12-01-2012

05-01-2012

29-12-2011

23-12-2011

16-12-2011

08-12-2011

30-11-2011

24-11-2011

 
[verso-hebdo]
26-01-2012
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Stéphanie Vialles : il n’y a pas de mauvais sujet pour la peinture
Saviez-vous que le magazine Nous Deux existe toujours ? Je croyais « l’hebdo qui porte bonheur » et ses romans-photos d’une absolue niaiserie enterrés par les séries télévisées et autres techniques modernes de divertissement pour personnes ayant peu d’exigences culturelles. Eh bien pas du tout : Nous Deux est toujours en kiosques, avec cette semaine en couverture la pulpeuse chanteuse Chimène Badi qui se propose de nous dire pourquoi elle « aime enfin sa nouvelle vie ». Et saviez-vous qu’une artiste contemporaine, Stéphanie Vialles, a fait du contenu de Nous Deux l’une de ses principales sources d’inspiration et que, par une fascinante chimie, ce contenu est effectivement devenu peinture ? Pour le vérifier, il faut se rendre au Pavillon, à Pantin et cela en vaut la peine (bien faire attention aux heures d’ouverture, qui sont rares ; c’est au métro Hoche, jusqu’au 9 février).

J’ai visité l’atelier de Stéphanie Vialles au début de ce siècle, elle s’attachait alors aux pavillons de banlieue, mais aussi aux piscines de maisons cossues, tels qu’ils étaient présentés par les annonces des agences immobilières, en laissant systématiquement blanche la bande inférieure réservée au texte de présentation. Déjà, c’était de la peinture qui surmontait la banalité du sujet par un traitement étrangement personnel. Depuis lors, l’artiste est tombée sur une pile de Nous Deux près de son atelier. « J’ai tout de suite pensé à mon arrière-grand-mère, dit-elle, qui lisait Nous Deux, elle le lisait dans la courette de son immeuble à un petit groupe de femmes qui ne savaient pas lire... » Cette découverte a été un déclencheur : « cette fiction de seconde zone m’offrait d’un coup une réalité et le sentiment que se jouait là un certain désarroi, un dénuement dont les personnages portaient la présence. Ces personnages stéréotypés se chargeaient d’une certaine solitude et projetaient un éclairage inattendu sur le réel ».

Des séries se sont enchaînées : les Portraits, les Couples et les Caresses principalement, où Stéphanie Vialles répète les scènes, les recadre, pratiquant des « ouvertures » dans ces images photographiques qui se présentent comme des espaces figés, saturés. À propos de l’une de ses récentes expositions, Bernard Marcadé a judicieusement cité Roland Barthes qui écrivit dans Fragments d’un discours amoureux que « Nous Deux - le magazine - est plus obscène que Sade » car « ce n’est plus le sexuel qui est indécent, c’est le sentimental ». L’écrivain précisait que « le sentiment amoureux est démodé, mais ce démodé ne peut même pas être récupéré comme spectacle : l’amour choit hors du temps intéressant ; aucun sens historique, polémique, ne peut lui être donné ; c’est en cela qu’il est obscène. » Telle est l’improbable matière première de Stéphanie Vialles : l’imagerie sentimentale « la plus plate » qu’elle manipule par ses mises en scènes et découpages. « C’est ça se ménager des espaces ». Soit par exemple le geste d’un jeune homme au physique banal esquissant une caresse sur la joue d’une jeune fille écarquillant ses yeux bleus avec application : le peintre a modifié le cadrage de la photographie pour cerner « plus étroitement les multiples attaches qui se nouent entre le réel et la fiction ». La peinture à l’huile ménage un léger flou. Au final, nous éprouvons bel et bien ce qu’a voulu atteindre Stéphanie Vialles : une tension entre « le vide de l’image pauvre et la présence en fiction d’êtres réels ». Robert Rauschenberg avait décidément raison : il n’y a pas de mauvais sujet pour la peinture.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
26-01-2012
 
logo visuelimage.com

Verso n°124

L'artiste du mois : Daniel Authouart

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com