logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Suite

15-04-2021

07-04-2021

01-04-2021

25-03-2021

18-03-2021

11-03-2021

04-03-2021

25-02-2021

17-02-2021

11-02-2021

 
[verso-hebdo]
14-01-2021
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Avec Kriki, tout est toujours grand ouvert
Discret depuis quelques années, Kriki vient de réapparaître à Paris (galerie Suzanne Tarasiève) et c'est un grand plaisir de retrouver l'ancien punk (il est né en 1965), musicien, graffitiste, éditeur de fanzines, qui s'affirme aujourd'hui comme l'un des peintres importants de sa génération. Dans ses grands formats récents, par exemple Médiase, 2018, huile sur toile 163 x 250 cm, Kriki sait parfaitement s'arranger autant du passé de l'art que de son actualité. Il compte pour un des rares artistes contemporains à travailler loin des diktats d'une certaine création formatée sous contrôle des apparatchiks de la mort de la peinture si bien décrits par Carole Fives dans son livre Térébenthine (Gallimard, 2020). Rien de la philosophie de la punkitude n'a été effacé par le temps ; il apprécie aussi bien Jonathan Meese que Néo Rauch ou encore John Currin. On l'aura compris, Kriki aime la peinture et ceux qui la peignent. Dans ses rapports à la scène française, Kriki est certes considéré comme proche de la figuration libre, il sera présent en juin 2021 dans la grande exposition Libres figurations à la cité de la dentelle-mode de Calais, mais à la marge : il est en effet profondément original tant par l'importance de la figure Fuzz qui est sa marque que par sa façon d'avancer à contre-courant. Nos impressions de « peinture figurative » s'effacent d'elles mêmes devant son incroyable faculté de se décaler de l'ambiance artistique environnante. Kriki n'est jamais là où on pourrait l'attendre, tant il ose répondre aussi librement que possible à l' irrésistible nostalgie de la peinture enfouie au plus profond de lui-même. C'est dans cette même peinture qu'il a développé parallèlement le concept du Fuzz qui assure à l'ensemble de l'oeuvre krikienne la double caractéristique de figurative et de conceptuelle. Le confirme Philippe Pernodet (directeur de la revue L'imprononçable) : « Débarrassé de sa carcasse terrestre, le pur esprit Fuzz envahit la peinture classique dont il contamine le panorama tout entier. Le « chaos orchestré » régénère la vision des arts : Fuzz angélical et hallucinogène triomphe de la matière et de la pesanteur terrestre, il s'élève dans les cieux en statufiant sa propre image dans l'éternel Panthéon pictural classique... immortel, enfin ! »
Kriki, cet artiste superlativement doué, acteur incontournable de la scène de l'art contemporain, n'a pas encore atteint ses limites ; tout est ouvert. Ce n'est pas Martine, sa compagne diplômée en histoire de l'art, qui me contredira, elle qui écrivait, tout au début de la carrière de l'artiste : « Kriki n'a rien su d'avant sa peinture et s'y retrouve avec cette grâce qui sied à la jeunesse. Cette pensée se mécanise en viseur de la légendaire liberté de l'homme-artiste. Kriki n'enferme rien, tout est grand ouvert... »

www.kriki.com
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
14-01-2021
 
logo visuelimage.com

Verso n°126

L'artiste du mois :
Jean-Pierre Cornet

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com