logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suite

29-06-2017

22-06-2017

15-06-2017

08-06-2017

01-06-2017

25-05-2017

18-05-2017

11-05-2017

04-05-2017

27-04-2017

 
[verso-hebdo]
11-05-2017
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
L'accomplissement de la peinture
« hors tableau »
Cela se passe à l'espace d'art actuel « Le Radar » à Bayeux qui fête ses dix ans avec une remarquable exposition intitulée Deux temps/Trois mouvements (jusqu'au 4 juin). Sa présidente, Manuela Tetrel, souhaite notamment expérimenter avec les artistes en les invitant à s'approprier l'espace du Radar (trois niveaux d'une ancienne école en centre-ville) et de présenter « l'art en action ». Trois plasticiens ont répondu à l'appel de la commissaire, Justine Richard : Claude Cattelain, Natalia Jaime-Cortez et Réjane Lhôte. Tous trois renouvellent avec intelligence et sensibilité la pratique de la peinture, tous trois me semblent faire parfaitement écho aux réflexions de l'artiste Soizic Stokvis et de la philosophe Christine Buci-Glucksmann qui, en mars 2015, ont théorisé « l'esthétique des châteaux de sable » à propos de nouvelles pratiques de peinture hors tableau qui induisent le développement d'installations et d'interventions in situ. L'un des pionniers les plus connus de cette nouvelle peinture est Max Charvolen (né en 1946), plasticien mais aussi architecte ayant terminé sa formation dans l'agence d'Oscar Niemeyer à Rio, qui concrétise aujourd'hui son expérience de dialogue du corps avec l'espace aboutissant à une « figuration sans ressemblance » donnant une seconde peau au bâti se faisant volume mémorisant le lieu confié à l'artiste.

C'est exactement ce que font les trois artistes du Radar. Je m'arrête à la prestation particulièrement significative de la jeune Réjane Lhôte dont les signes accueillent le visiteur sur la paroi de droite de l'espace du rez-de-chaussée avec une émouvante élégance. « Ces signes prennent l'aspect de formes noires très denses, écrit Justine Richard, dont les arêtes tranchantes se heurtent au vide des murs blancs. Ces représentations d'espaces fragmentés sont fragiles, en tension, elles menacent de rompre... » Réjane Lhôte s'intéresse à la charge émotionnelle du lieu qui lui est offert. Son travail traduit en dessin la sensation ressentie face à un espace. Ce dessin incarne le point de convergence et de circulation entre le corps et l'architecture, entre l'intériorisation et le déploiement. Elle a réalisé récemment une installation (LONDON, Office : in situ) par laquelle elle investissait une pièce mansardée et rejouait ses perspectives. Elle parvenait à une variation autour d'un volume qui avait été plié, déplié et replié. A cette occasion, comme au Radar, sa démarche était très comparable à celle de Charvolen au château de Kerguéhennec en 2015.

Avec Réjane Lhôte, Claude Cattelain et Natalia Jaime-Cortez, on peut dire que la peinture hors tableau parvient actuellement à son accomplissement. Il est intéressant de noter que cela est montré dans une ville de 14.000 habitants, prestigieuse certes sur le plan du patrimoine, mais qui malgré ses dimensions réduites a la volonté de prendre une part active à la vie de l'art contemporain. Le maire, Patrick Gomont, s'en félicitait avec raison lors de l'inauguration. Cette réussite tient à la passion désintéressée de volontaires (Manuela Tetrel est bénévole) et aux aides nécessaires de la ville, de la région, du département et de quelques établissements privés comme le Centre Leclerc. A l'heure où tant de lieux culturels sont menacés à cause de l'indifférence, voire l'hostilité de tant de responsables officiels, Le Radar est un exemple à suivre, un exemple trop rare, hélas.

www.le-radar.fr
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
11-05-2017
 
logo visuelimage.com

Verso n°103

L'artiste de l'été : Marine Joatton

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com