logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Suite

03-11-2022

27-10-2022

20-10-2022

13-10-2022

06-10-2022

29-09-2022

22-09-2022

15-09-2022

08-09-2022

30-06-2022

 
[verso-hebdo]
15-09-2022
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
François Boisrond
et les périodes de décadence
Le musée Paul Valéry de Sète organise actuellement une belle rétrospective des oeuvres de François Boisrond (jusqu'au 6 novembre). Cela commence avec la période « figuration libre » (un mouvement né à Sète, justement) et cela finit avec la curieuse Nymphe fluide avec stihl qui fait l'affiche de l'événement. L'artiste a maintenant 63 ans : c'est l'heure des bilans en effet, et l'on constate avec plaisir qu'il n'a pas changé depuis une déclaration de 1989 : « J'aime surtout l'art préhistorique, le gothique, l'art primitif, l'impressionnisme, l'art moderne. Toutes ces périodes me touchent au coeur. Elles sont à la fois individuelles et humaines. Elles respectent l'inconnu. J'aime moins l'art antique, la Renaissance, le Romantisme, le Symbolisme, l'art contemporain. Toutes ces périodes finissent souvent dans la décadence. Elles sont contrôlées, cérébrales, habiles. » Peintre, il n'a pas cessé « d'essayer de montrer ce qu'il a en commun avec tout le monde. »

C'est ainsi que Boisrond apprécie par exemple l'art des peintres de vitrines de cafés au moment des fêtes de fin d'année. Un Père Noël, tout droit venu d'un bistrot de la Porte de Montreuil, est devenu un thème de tableau comme d'autres produits visuels de notre société, choisis à la condition qu'ils soient « un peu bricolés, un peu bâtards. » Ce n'est pas Boisrond qui aurait commis le rapt d'une « demoiselle Ambre Solaire », comme Martial Raysse en son temps (produit sophistiqué en même temps que standardisé et impersonnel). En revanche, il affectionne particulièrement le bonhomme en forme de pompe à essence qui fait signe de venir à sa station-service, évidemment confectionné par le pompiste lui-même avec des autocollants, et dont Boisrond s'empara un jour à la campagne. On voyait aussi dans l'atelier de la porte de Montreuil des enseignes d'Afrique noire, peintes de manière naïve pour un coiffeur ou pour un restaurant de brousse. Ce sont des sources d'inspiration : rien de plus. François Boisrond n'aime décidément pas l'art contemporain dont il n'est pas difficile de constater la décadence.

Si l'on demande à Boisrond le nom de l'artiste qui le touche profondément, il répond Daumier. Un immense artiste qui, parce qu'il était un formidable dessinateur et lithographe, ne fut pas considéré comme un peintre par ses contemporains. Aimé de Baudelaire et Delacroix, mais méprisé par le public, le peintre de la Rue Transnonain et des Emigrants, le peintre des humbles qui peignait avec humilité touche aujourd'hui Boisrond. Baudelaire écrivit que Daumier le caricaturiste avait « poussé son art très loin, il en a fait un art sérieux. » On peut voir à Sète que François Boisrond a fait de son imagerie des affiches, des tee-shirts et des spots TV un véritable art sérieux (pas du tout contrôlé, cérébral, habile !). On comprend aussi pourquoi cet artiste bien connu, qui a beaucoup exposé un peu partout, attend toujours sa consécration par le Musée National d'Art Moderne. Comme Velickovic, comme Pignon-Ernest... Remercions le musée Paul Valéry de Sète de lui témoigner la reconnaissance qu'il mérite.

www.museepaulvalery-sete.fr
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
15-09-2022
 
logo visuelimage.com

Verso n°132

L'artiste du mois : Gérard Le Cloarec

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com