logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Suite

14-03-2024

07-03-2024

29-02-2024

22-02-2024

15-02-2024

08-02-2024

01-02-2024

25-01-2024

18-01-2024

11-01-2024

 
[verso-hebdo]
18-01-2024
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
Gilles Deleuze et Gérard Fromanger
Gilles Deleuze a donné un cours de mars à juin 1981 à l'Université Paris 8 intitulé   « Sur la peinture ». Ce cours avait été enregistré et, par chance, le voici publié par les soins de David Lapoujade aux Editions de Minuit. Il y est beaucoup question de Francis Bacon mais aussi de quelques autres dont Gérard Fromanger (à partir de la page 59). Deleuze avait préfacé l'exposition de ce dernier Le Peintre et le Modèle en 1973 à la galerie 9 à Paris. Texte important que le philosophe avait appelé Le Froid et le Chaud, largement repris pour les étudiants de Paris 8. Qu'est-ce qu'il faisait, Fromanger, demande Deleuze ? Eh bien il allait dans la rue accompagné par un photographe de presse, rue de la Chaussée d'Antin ou boulevard des Capucines... Fromanger s'arrêtait devant des boutiques, des kiosques, des cafés ou des cinémas et le photographe prenait des photos, une douzaine à chaque fois. Des photos en noir et blanc sans aucune intention artistique.

Fromanger choisissait une dans les douze. « Là commençait déjà l'acte de peindre, il n'avait pourtant rien peint. » Le peintre avait une idée en tête : une couleur qui allait devenir couleur dominante du tableau à faire. Par exemple un violet précis, le violet de Bayeux. Deleuze dit que l'acte de peindre commence avec ce premier choix. Là-dessus Fromanger projetait la photo sur la toile vierge. « Là il y avait une espèce de vérité de la peinture qui déjà apparaissait. Sa toile était remplie par l'image de l'image, par la projection de la photo. » Il peignait tout en violet en allant des zones claires aux zones sombres. Pour les zones claires il mélangeait à du blanc. Son violet de Bayeux était un violet chaud. Le photographe avait pris une scène de rue. Il y avait donc des passants. Fromanger allait peindre un bonhomme en vert, un vert froid. Une couleur froide chauffe encore plus une couleur chaude. Fromanger peignait alors un autre passant en jaune chaud. «  Cette fois le jaune chaud n'était pas en relation directe avec le violet, mais était en relation avec le violet par l'intermédiaire du vert froid. » Il allait faire sa gamme de couleurs jusqu'à ce que le tableau soit rempli.

Bien loin de se servir de la photo comme si elle était un élément de l'art, il neutralisait la photo au profit d'une gamme de couleurs, gamme ascendante de lumière. Là, insiste Deleuze, on retrouve trois temps : « le moment pré-pictural, cliché rien que des clichés. La nécessité d'un diagramme qui va brouiller, nettoyer le cliché pour qu'en sorte quelque chose, le diagramme n'étant qu'une possibilité de fait. Le cliché, c'est le donné, donné dans la tête, dans la perception. Le diagramme intervient comme ce qui va brouiller le cliché pour que la peinture en sorte. Je retrouve mes trois temps. » Ici, Deleuze rapproche Fromanger de Bacon, mais aussi de Cézanne pour préciser ce qu'il entend par « diagramme », mot qu'il a emprunté à Bacon. Il n'y a pas de peintre qui échappe au diagramme, sinon il fait autre chose que de la peinture.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
18-01-2024
 
logo visuelimage.com

Verso n°136

L'artiste du mois : Marko Velk

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com