logo visuelimage.com
 
 
 
Les [Verso-hebdo] antérieurs
Retour 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Suite

14-03-2024

07-03-2024

29-02-2024

22-02-2024

15-02-2024

08-02-2024

01-02-2024

25-01-2024

18-01-2024

11-01-2024

 
[verso-hebdo]
15-02-2024
La lettre hebdomadaire
de Jean-Luc Chalumeau
La contre-culture
selon Mike Kelley
La monumentale Bourse de Commerce de Paris, devenue Bourse de Commerce Pinault Collection par la volonté du milliardaire et de son architecte, Tadao Ando est un splendide lieu muséal. Il n'est pas dédié à l'art en général mais à l'art contemporain, ce qui n'est pas la même chose. « Avec ce nouveau musée, au coeur de Paris, je veux partager ma passion pour l'art de mon temps » a déclaré une fois pour toutes François Pinault. D'où, par exemple, la rétrospective consacrée à Mike Kelley (jusqu'au 19 février 2024), celui qui était devenu un important artiste de la côte ouest des Etats Unis grâce à des performances inspirées des pratiques féministes militantes. Il était né en 1954 et, atteint de dépression, s'était donné la mort le 31 janvier 2012, après un chemin de peintre, metteur en scène, sculpteur, performeur, musicien... Toutes ces postures n'avaient eu qu'un point commun : transformer l'art hors des conventions, déconstruire le rôle de l'artiste.

L'exposition commence dans la rotonde centrale par le cycle des Kandors, « Ghost and Spirit ». Kandor était la ville d'origine de Superman sur la planète Krypton, créée dans les années 30. Nous sommes devant un ensemble de villes en résine colorée et leurs cloches de verre (Kandors Full Set) dans une atmosphère sombre. « Kandor, expliquait l'artiste est une image d'un temps qui n'a jamais été - une ville utopique d'un futur qui n'est jamais arrivé. » Au deuxième étage, cela commence par « Monkey Island » (L'Ile aux singes, 1982-1983) dans laquelle Kelley développait jusqu'à l'absurde l'idée de géométrie souterraine, épopée surréaliste révélant le pouvoir évocateur de la forme X. Ensuite vient The Poltergeist (L'esprit frappeur). Il s'agit des sculptures présentées en 1978 pour son diplôme de fin d'études du California Institute for the Arts. Des objets-sculptures sonores faisant référence à des performances militantes féministes et à son expérience musicale avec le groupe proto-punk Destroy All Monsters qu'il avait cofondé en 1973.

Ce qui vient d'être dit peut paraître anodin. Mais un petit livret est gracieusement distribué pour que l'on comprenne bien de quoi il s'agit. Je cite donc : « En mêlant la caricature grotesque au pathétique et à l'érudition, ses oeuvres touchent à ce que l'intellectualisme occidental cherche à réprimer : les fantômes, la sexualité, la défécation, la perversion, etc « Kelley se fait moins moraliste qu'anthropologue. Il tente de comprendre sans juger, d'analyser les pulsions et les désirs de l'être humain, de disséquer nos petites manies » écrit le critique d'art Robert L. Pincus en 1983. » Cela continue avec Half a Man (A demi-masculin) et Memory Ware (La matière mémorielle) qui consiste à intégrer dans du ciment une accumulation d'objets du quotidien. Ne pas dire que ce n'est pas de l'art : c'est de l'art contemporain.
J.-L. C.
verso.sarl@wanadoo.fr
15-02-2024
 
logo visuelimage.com

Verso n°136

L'artiste du mois : Marko Velk

visuelimage.com c'est aussi

Afin de pouvoir annoncer vos expositions en cours et à venir dans notre agenda culturel, envoyez nous, votre programme, et tout autre document contenant des informations sur votre actualité à : info@visuelimage.com
ou par la poste :
visuelimage.com 18, quai du Louvre 75001 Paris France

À bientôt.
La rédaction

Si vous désirez vous désinscrire de cette liste de diffusion, renvoyez simplement ce mail en précisant dans l'objet "désinscription".

     


Christophe Cartier au Musée Paul Delouvrier
du 6 au 28 Octobre 2012
Peintures 2007 - 2012
Auteurs: Estelle Pagès et Jean-Luc Chalumeau


Christophe Cartier / Gisèle Didi
D'une main peindre...
Préface de Jean-Pierre Maurel


Christophe Cartier

"Rêves, ou c'est la mort qui vient"
édité aux éditions du manuscrit.com